fbpx

Fact-Checking | Attention, les images qui ont entraîné des affrontements en Côte d’Ivoire ne montrent pas des Ivoiriens violentés au Niger

Fact-Checking | Attention, les images qui ont entraîné des affrontements en Côte d’Ivoire ne montrent pas des Ivoiriens violentés au Niger

Une vidéo montrant des individus sous la torture est devenue virale en Côte d’Ivoire. Fortement partagées sur les réseaux sociaux depuis le mercredi 19 mai, les images sont décrites par les internautes comme étant des violences commises au Niger envers des ressortissants de « Guinée, Burkina, Côte d’Ivoire (sic) ». Cette information a poussé des Ivoiriens à s’attaquer aux ressortissants Nigériens. Les autorités ivoiriennes font état d’un mort et de plusieurs blessés graves. Cependant, cette vidéo victime d’une « fake news », n’a pas été réalisée au Niger, mais au Nigeria, et avait déjà été publiée en mars 2021.

La vidéo a circulé comme une trainée de poudre sur WhatsApp et a été partagée plus de 250 fois sur Facebook depuis le 19 mai. Elle a causé des violences dans plusieurs villes de Côte d’Ivoire. En effet, des Ivoiriens ont pris pour cible des ressortissants nigériens en guise de représailles. Au moins 10 personnes ont été blessées selon les autorités.


Opération Safe Haven, au Nigeria

Toutefois, les images n’ont pas été filmées au Niger et ne montrent pas des Nigériens tabasser des Ivoiriens.

Une recherche d’images inversées sur le moteur de recherches Google suffit à rendre compte de la fausseté des rumeurs propagées sur Internet. Tout d’abord, nous tombons sur un tweet publié en mars 2021, prétendant que ces images sont prises au Niger. Néanmoins, parmi les réponses apportées à ce message, celui d’un internaute attire l’attention. Selon ce dernier, la vidéo n’a pas été tournée au Niger, mais à « Bassa, dans l’Etat de Plateau » au Nigeria, et elle montre une arrestation « par des soldats de l’opération Safe Haven ».


Pour être plus convaincant, l’auteur de cette réponse a publié une capture d’écran en entourant à gauche un panneau en trois couleurs sur lequel on peut lire : « Slow down checkpoint ahead Operation Safe Heaven » (ralentissez, vous arrivez à un point de contrôle – Opération Safe Haven). En vérifiant la vidéo, nous remarquons à la 53e seconde, le même panneau (rectangle rouge) et un tonneau avec les mêmes couleurs : marron, bleu foncé et bleu clair (rectangle jaune).

Capture d’écran d’une vidéo Facebook réalisée le 22 mai 2021

En usant de bon sens, on devine facilement que la scène ne se déroule pas au Niger, puisque ce pays est francophone et qu’il est très peu probable que les panneaux visant à informer soient écrits en anglais plutôt qu’en français

De plus, les mots « Operation Safe Haven » font référence à une opération du même nom. Il s’agit d’une force militaire mise en place depuis 2010 et dont la tâche est de maintenir la paix dans l’Etat du Plateau.

Pour apporter plus de précisions, nous sommes allés sur YouTube. Dans une vidéo de 6 minutes 51 secondes, où l’état-major de la défense nigérian faisait la promotion de cette opération, nous découvrons le quartier général, sis à Jos, dans la capitale de l’Etat de Plateau. Le rapprochement est vite fait puisque nous remarquons les mêmes couleurs (marron, bleu foncé, bleu clair) sur le panneau qui signale la présence du QG.

Capture d’écran d’une vidéo YouTube, réalisée le 22 mai 2021

Enfin, les uniformes portés par les hommes dans la vidéo ressemblent fortement à ceux des soldats nigérians : même forme de chapeau, même manches longues, mêmes couleurs (voir les deux photos ci-dessous).

Le journaliste nigérien Seidik Abba partage le même avis. Dans un message publié sur Tweeter, le journaliste explique que la vidéo a été « tournée au Nigeria » et que celle-ci, « concerne des éléments présumés de Boko Haram ». Selon lui, ces images ont été utilisées « pour nuire à des Nigériens vivant paisiblement en Côte d’Ivoire ».

Contacté par l’AFP, Seidik Abba affirme que le panneau en anglais et les uniformes des militaires présents sur la vidéo prouvent qu’elle a été tournée bel et bien au Nigeria et non au Niger. « Les voix [qu’on entend dans la vidéo] correspondent au haussa parlé au Nigeria », poursuit-il, en précisant maîtriser cette langue. Celle-ci est parlée dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, notamment au Niger, au Cameroun ou au Togo. Le journaliste est certain : « les voix off [venant des personnes hors champ] en haussa désignent [des membres du groupe jihadiste nigérian] Boko Haram ».

Par ailleurs, Grace Daramola, originaire de Jos, estime au micro de l’AFP que les paroles prononcées dans la vidéo ne mentionnent pas explicitement le groupe nigérian, mais précise quand même qu’il y a un accent nigérian reconnaissable.

Pour finir, le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité ivoirien, a travers une de ses organisations, Alertes 100 a apporté un démenti via Facebook sur la rumeur autour de la vidéo en assurant qu’elle ne concernait « nullement des Ivoiriens victimes d’exactions ».

Alertes 100 dénonce une « fake news »

Heurts dans plusieurs villes ivoiriennes

Des scènes de violences ont eu lieu dans plusieurs quartiers d’Abidjan : Anyama, Abobo, Yopougon, Adjamé, mais aussi à Angré. La veille, la vidéo avait causé déjà des agitations dans l’Ouest du pays, précisément à Daloa. « Un mort et plusieurs blessés graves » ont été annoncés dans un communiqué par le procureur d’Abidjan, Richard Adou. Selon le document, plusieurs commerces ont été pillés et incendiés. Les forces de l’ordre ont procédé à l’arrestation d’une vingtaine de personnes. Une enquête a été par ailleurs ouverte pour retrouver les individus à l’origine des violences et de la propagation du « fake news ».

Le ministre ivoirien de la Sécurité Vagondo Diomandé n’a pas manqué de réagir. Sur le plateau de la chaîne de télévision nationale, le ministre a menacé d’être « intransigeant avec les fauteurs de troubles qui mettent à mal la cohésion sociale ».

Du camp nigérien, le ministre des Affaires étrangères Hassoumi Massoudou, s’est exprimé à travers une vidéo sur les événements. Après avoir déploré les « événements malheureux en Côte d’Ivoire », le ministre a exprimé sa « compassion vis-à-vis des compatriotes victimes d’un malentendu ».

Hiro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.