fbpx

Éducation sexuelle à l’école : un document aurait nié les propos du ministre de l’Éducation nationale

Éducation sexuelle à l’école : un document aurait nié les propos du ministre de  l’Éducation  nationale



«Il ne devrait pas y avoir de débat parce qu’il n’en est pas un. Le Sénégal décide sa politique éducative en tenant compte de nos réalités», avait réagi Mamadou Talla lors du séminaire dont le thème tournait autour de : « L’éducation sexuelle et reproductive », organisé le 21 décembre 2020 à Saly par l’Unesco. 
Pour le ministre de l’Éducation nationale, il est hors de question de réviser le programme scolaire sénégalais.



Cependant, un document qui circule sur les réseaux sociaux aurait nié les propos du ministre de l’Éducation nationale Mamadou Talla.

En effet, il est écrit dans le dit document que « l’UNESCO en collaboration avec le ministère de l’Éducation nationale conduit dans le cadre du fonds de solidarité pour les projets innovants (FSP-I), une étude documentaire et des travaux techniques pour définir le niveau de prise en compte de l’Éducation à la santé de production (ESSR), dans les curricula officiels ainsi que dans les référentiels de formation des enseignant (e) s ».

Dans un rapport de l’UNESCO publié dans le site fr.unesco.org il est clairement écrit qu’en « Afrique occidentale et centrale, la plupart des pays ont mis en place une politique d’éducation relative au VIH/sida et à la sexualité fondée sur les compétences pour la vie courante, et en Amérique latine et dans les Caraïbes, les ministre de la Santé et de l’éducation ont signé une déclaration par laquelle ils se sont engagés à fournir une éducation nationale à la sexualité et au VIH en milieu scolaire ».

Dans une note de précision, le Ministère de l’Éducation nationale rappelle « qu’il appartient au Sénégal de définir, en toute souveraineté le contenu des enseignements dispensés à ses apprenants, conformément à ses orientations en matière d’Education et de 
Formation telle que définies dans la Loi d’Orientation 91 – 22 modifiée en 2004qui stipule : « Les finalités les plus générales de l’Éducation nationale consistent à en faire un instrument capable de préparer les conditions d’un développement intégral, assumé par la nation toute entière, de promouvoir les valeurs dans lesquelles la nation se reconnaît…. ». En conséquence nos orientations curriculaires demeurent adossées et de façon intangible à nos valeurs culturelles. »

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.