fbpx

Accident de la route : Les chiffres qui illustrent l’hécatombe

Accident de la route : Les chiffres qui illustrent l’hécatombe

Décidément, l’hécatombe sur les routes n’en finit pas. Rien que pour ce mois de septembre, 53 morts ont été officiellement dénombrés dans de terribles accidents de la circulation. Ce, alors qu’une loi sur un nouveau code de la route, adoptée depuis mi-avril, reste à être appliquée à la lettre.

La liste noire des séries d’accidents mortels sur les routes sénégalaises s’allonge. En effet, au total, pas moins de 20 morts ont été dénombrés, en moins de 48h, entre Tambacounda, Kaolack, Mbour et Mbao. Une situation préoccupante qui a poussé le président de la République, Macky Sall, à appeler à « plus de prudence et de responsabilité sur les routes.»

Mais, quelques heures seulement après cet appel du chef de l’Etat, un autre accident spectaculaire s’est produit, ce mercredi, entre Keur Mbaye Fall et Mbao, faisant deux morts. Ce qui confirme la dynamique ahurissante notée, depuis le début du mois de septembre. D’ailleurs, lors de l’édition 2022 du Grand Magal, célébrée le 15 septembre dernier, les accidents survenus entre Touba et d’autres villes du pays ont fait plus d’une trentaine de morts et près de mille blessés, selon un bilan de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers (Bnsp).

« Le bilan définitif des opérations de secours effectuées par la Bnsp au Magal 2022, durant la période du 10 au 17 septembre, est de 33 corps sans vie et 906 blessés », a révélé le Lieutenant-colonel Cheikh Tine, porte-parole de la Bnsp. Alors que lors du Magal 2021, « juste » 10 décès et 775 blessés avaient été enregistrés par la Bnsp, a-t-il rappelé.

Par ailleurs, selon l’Agence de presse sénégalaise (Aps), les dernières données de la compagnie de gendarmerie de Kaolack, indiquent que, «231 accidents de la route ayant fait 70 morts et 537 blessés ont été dénombrés sur la route Nationale 1, qui relie Dakar à Tambacounda (est), entre janvier et septembre 2022».

700 morts sur les routes, chaque année

« Avec en moyenne 700 morts chaque année, le nombre de décès, lié aux accidents de la route reste toujours préoccupant au Sénégal. Surtout que ces statistiques ne prennent pas en compte les décès enregistrés au niveau des accidentés qui étaient suivis dans les hôpitaux », a fait savoir Cheikhou Oumar Gaye, le directeur général de l’Agence nationale de sécurité routière (Anaser), en marge d’un Comité régional de développement (Crd) axé sur la sécurité routière tenu, en fin août dernier, à Matam.

Pour le Secrétaire général du ministère des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, il faut des sanctions lourdes contre les conducteurs qui ne respectent pas le Code de la route. Aubin Jules Sagna est, en effet, convaincu que ces derniers sont responsables de 93% des accidents. « La plupart des accidents sont l’œuvre de l’homme. La preuve, mardi, c’est un excès de vitesse qui a provoqué l’accident, mais également les dépassements au niveau des lignes continues. La route est en bon état, il y a les signalisations qui sont très visibles. Donc, la route communique bien avec le conducteur, mais c’est ce dernier qui ne suit pas ce que lui dit la route. Le comportement humain commence à dépasser les limites », a-t-il regretté. Avant de rappeler, dans la foulée, l’adoption, le 15 avril dernier, d’une nouvelle loi sur le nouveau Code de la route, avec de nouveaux outils.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire