fbpx

Portrait : Yassine Bonou, le dernier rempart des Lions de l’Atlas

Portrait : Yassine Bonou, le dernier rempart des Lions de l’Atlas

Il ya quatre ans, personne n’aurait imaginé Yassine Bounou, simple remplaçant en Russie, dans le rôle de héros d’une qualification historique pour les quarts de finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022.

 

 

Du Wydad à l’Atlético : un parcours difficile

 

 

 

Né à Montréal de parents marocains, Bounou retrouve le pays de ses ancêtres et débute sa carrière au Wydad Casablanca. Après avoir pensé au centre de formation, il intègre l’équipe première à l’âge de 19 ans. En 2012, il rejoint l’Atlético de Madrid et passe deux saisons avec l’équipe B.

 

En parallèle, il figure régulièrement dans les sélections de jeunes du Maroc. Sa trajectoire ascendante l’amène à honorer sa première sélection en 2013, contre le Burkina Faso. Sa montée en puissance rassure les supporters, qui voient en lui un futur titulaire.

 

Mais Bounou peine à obtenir du temps de jeu chez les Colchoneros. Il finit par plier définitivement les bagages en 2016, pour s’engager à

Gérone, après un long séjour au Real Saragosse sous forme de prêt en 2014/15 et 2015/16.

 

 

Russie 2018 : la doublure de Munir

 

Très en vue depuis l’accession de son club à la Liga en 2017/18, Bounou est convoqué par Hervé Renard pour Russie 2018. Il doit cependant se contenter du rôle de remplaçant de Munir Mohamedi, le portier de Numance.

 

Le Maroc est éliminé à l’issue de la phase de groupes, victime d’une section très relevée où figure également la RI Iran, le Portugal et l’Espagne. Bounou, lui, ne foule pas les pelouses russes. Cependant, l’avenir lui réserve encore quelques belles surprises.

 

Un exemple de persévérance

 

Ses performances remarquables sous le maillot de Gérone lui valent un poste de titulaire en Coupe d’Afrique des Nations de la CAF, Égypte 2019. Il semble alors bien parti pour conquérir le poste sur le long terme.

 

Au terme de la compétition, il s’engage à Séville, sous forme de prêt, pour pallier la relégation de son club. Bounou se retrouve cependant à nouveau sur le banc, du fait des excellentes prestations du tchèque Tomáš Vaclík.

 

Lorsque celui-ci se bénit, le Marocain saisit sa chance à pleines mains. Sous son impulsion, le club andalou remporte la Ligue Europa 2019/20. Il n’en fallait pas davantage pour que Bounou se glisse dans la peau d’un titulaire indiscutable.

 

Toujours aussi inspiré dans le but de Séville, il défend celui du Maroc pendant la Coupe d’Afrique des Nations, Cameroun 2021. La même année, il remporte le prestigieux trophée Ricardo Zamora, qui récompense le gardien ayant encaissé le moins de buts par match sur l’ensemble de la saison 2020/21.

 

 

Qatar 2022 : un signe du destin

 

Dans un entretien accordé à FIFA+, Bounou estime que le Maroc doit tirer les leçons de Russie 2018. « Je crois qu’il faut se servir de l’expérience que nous avons acquise. Si nous voulons nous qualifier, il sera nécessaire de bien préparer pas de matchs. »

 

Après des années passées à tenter de conquérir une place de titulaire en équipe du Maroc et de nombreuses vicissitudes en clubs, Bounou semble prêt à endosser le costume de héros national.

 

Les Lions de l’Atlas affrontent la Croatie, la Belgique et le Canada dès la première tournée. Confirmé par Regragui, il débute les deux premiers matchs de son équipe, mais doit déclarer forfait pour la troisième journée, en raison d’une blessure. Les Marocains valident leur billet pour les huitièmes de finale et marchent ainsi sur les traces de la génération 1986.

 

 

En guise de récompense, ils gagnent le droit d’affronter l’Espagne, sachant qu’une victoire les propulserait au rang de légendes vivantes. Grâce notamment aux interventions décisives de Bounou, le match s’achève sur un nul vierge. La qualification se joue donc aux tirs au but. Le gardien marocain s’interpose devant Carlos Soler et Sergio Busquets, tandis que le poteau se charge de renvoyer la première tentative espagnole.

 

Ces exploits propulsent le Maroc en quarts de finale pour la première fois de son histoire. À 31 ans, Bounou prouve qu’en football, le courage et la persévérance finissent toujours par payer. Il lui reste maintenant à écrire un nouveau chapitre, peut-être le plus inoubliable de l’histoire de la sélection marocaine.

 

 

Avec FIFA

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire