fbpx

Société sénégalaise, un bouillon de maux

Société sénégalaise, un bouillon de maux

Une société violée, une société volée, une société trollée, une société à tollé, une société bien isolée par rapport aux réalités du monde, une société collée de toute part de faux motifs de détermination, une société à façon, surtout une société ayant besoin de maçons pour sa construction.


Une société teintée de motif noir, mise à nue au meilleur des moments. Comment on en est arrivé là ? Des dérives et des rives sans complainte des plus hauts en devoir de faire. Le fer est battu au froid dommage. On s’envole vers des cieux sombres souvent sauvant mais pas toujours savant. Avant de nous en rendre compte, le compte se fait et on plonge en conte. Dépravation des valeurs et privatisation à l’heure et à l’air de ce qui se devait d’être public. Du fric du peuple, d’un peuple déçu mais un peuple sans souci, sens dessus dessous. À l’air du temps de l’action, il agit dans la passivité intellectuelle, privilégiant l’artificiel. Cet artifice qui use nos journées dans le faux sans se rendre compte que le parallèle existe. Un parallèle triste mais bien réelle, hélas.

Une société à deux balles, tirée vers le bas par elle-même et par ceux du haut. Doublement peinée, doublement gênée puisque pas dans les gènes et c’est ce qui nous traîne dans la boue. De bout en bout de notre passé ce n’est pas ce qui représentait notre futur. Un dur sentiment de faillite est ressenti dans la mission de préservation de nos traditions, traditionnellement c’est ce qui nous différenciait de ceux à qui nous voulons ressembler. On est tous sur la même musique mais nos pas de danses s’entremêlent et on bute. On cherche le motif de cette chute libre dans un bouillon de maux de cette société sans suite. L’assaisonnement reste à désirer.

Nos gestes du quotidien nous plombent et on succombe dans le flou à vie. La société a mal mais la société se fait du mal. À elle de se soigner pour être soigner à son tour, sous anesthésie les seringues du destin se feront le malin plaisir de retourner au meilleur des moments le cours de l’histoire. On y croit.

Hiro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.