fbpx

CHRONIQUE | Patrice Lumumba, 60 ans après son assassinat, où en est le combat ?

CHRONIQUE | Patrice Lumumba, 60 ans après son assassinat, où en est le combat ?

« En effet, l’unité africaine tant souhaitée aujourd’hui par tous ceux qui se soucient de l’avenir de ce continent, ne sera possible et ne pourra se réaliser que si les hommes politiques et les dirigeants de nos pays respectifs font preuve d’un esprit de solidarité, de concorde et de collaboration fraternelle dans la poursuite du bien commun de nos populations », nous disait Lumumba, le 30 juin 1960.

Le combat reste le même, les débats crypto-personnels sans objectif s’ajoutent à nos problèmes. Se réveiller, il le faut, c’est faux si on nous dit qu’on ne peut pas veiller sur nous. Tout ce qui va dans le concert du bien-être de nos êtres est pillé par des « traîtres ». Des mots bien pesés pour définir ceux-là qui ont assombri l’avenir des Africains. Aux lendemains, des indépendances, grandes étaient les attentes de l’Afrique, des leaders qui inspiraient et qui respiraient la confiance.

Mais la descente systématique aux enfers a commencé. L’instabilité politique, les conflits frontaliers, l’écroulement économique. Le problème s’est accentué davantage, le continent a pris de l’âge, il est devenu plus sage, mais paradoxalement plus turbulent. On aurait même dit que sa « liberté » l’a de plus en plus aliéné, de plus en plus perturbée. De quoi avons-nous manqué ? Qu’est-ce qui nous a planquées ? Le blanc ? Les dirigeants ? Non, c’est nous d’abord. Le tort, on se doit de nous l’accorder. Des idéologies ont été établies, à l’image de Thomas Sankara, de Patrice Lumumba, de Mamadou Dia et toute cette bande de premiers dirigeants de nos pays. L’heure est aux actes, nous ne prétendons pas nous suffire à nous-même, régler seuls nos problèmes. Parce que oui, il y en a, on veut juste ne plus vivre en subordination, sous sujétion de l’autre. Le continent est le nôtre. Construisons notre développement en se basant sur nos forces et nos acquis.
Le développement de l’Africain, par l’Africain, par rapport à l’Africain et pour l’Africain. On termine par la fin du discours de Patrice Lumumba qui dit « L’Afrique ne sera vraiment libre et indépendante tant qu’une partie quelconque de ce continent restera sous la domination étrangère.

Je conclus mon intervention par ce vibrant appel : Africains, levons-nous !

Africains, unissons-nous !

Africains, marchons main dans la main avec ceux qui veulent nous aider pour faire de ce beau continent un continent de la liberté et de la justice ».

Gallaye Camara

Laisser un commentaire