fbpx

CHRONIQUE | 20+20=Quarantaine, malgré tout une année qui compte

CHRONIQUE | 20+20=Quarantaine, malgré tout une année qui compte


La COVID-19 a soustrait en nous des hommes et des habitudes. Sa multiplication en nombre de cas a participé à la division des cœurs. En statistique ascendante, la probabilité de destruction massive est bien réelle. Sa racine peut rester inconnue dans un carré d’individus. Ses limites ne se mesurent pas, tout en sachant qu’elle continue d’avoir un accroissement exponentiel dans nos quotidiens. Mais nous devons être rationnels, cette année compte, elle doit être additionnée.

Quarantaine, confinement, couvre-feu, cas contact, cas importés, l’année 2020 fut une année en cas d’école. La tristesse, la peur, la détresse et les pleurs ont accompagné nos journées tout au long de 2020. Il nous arrive même à vouloir ignorer que ce fut une année comme tant d’autres avec ses spécificités. En vérité, tout ne fut pas malheur, il y a eu des moments de sourires, des moments de fous rires, des moments d’exaltation et des moments de satisfaction. Permettons-nous de savourer les bonnes choses de cette année, se baser sur ces dernières pour entamer une année 2021 avec de l’espoir.
La pollution mondiale est en baisse, les concentrations de dioxyde d’azote (NO2) et des particules fines PM2,5 ont diminué respectivement de 37 % et 10 % pendant le confinement. La technologie continue son avancée, avec l’approche de la 5 G, l’avancée de la médecine, surtout de la biologie moléculaire, avec l’essai de plusieurs méthodes pour participer à la détection du virus, la course à la recherche du vaccin. La distanciation sociale a permis d’expérimenter le digital pour un rapprochement virtuel certes, mais merveilleux. Heureux, ils l’ont été eux, nouveaux mariés, nouveaux parents, nouveaux promus, auteurs de nouvelles productions. Ne crachons pas sur cette année, le Liverpool FC ne fera pas ça après 30 ans d’attente pour être champion, les Lakers, non-surtout pas eux. Covid ne doit pas nous vider du bonheur qu’on a pu avoir, moindre soit t-il. Le KO qu’il suppose nous imposer ne doit ni poser ni causer un banni à toutes ces bonnes choses vécues.
Vivement le décompte pour 2021 sans oublier que 2020 compte.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire