fbpx

CHRONIQUE | Secteur Sanitaire au Sénégal : une gestion en carton, un personnel à l’abandon

CHRONIQUE | Secteur Sanitaire au Sénégal : une gestion en carton, un personnel à l’abandon

Énième épisode de la série « Négligence médicale dans les hôpitaux du Sénégal ». Cette fois-ci, le tournage de ce dernier carnage a eu lieu à Kaolack. Une catastrophe qui nous laisse sans mot.

Cette affaire n’est ni en bidon, ni en carton. Elle est vraie. C’était le 6 mai. Un bébé, déclaré mort avant sa mort, meurt au service pédiatrie quelques temps après son retour de la morgue de l’hôpital de Kaolack, il va y retourner. Rien ne va dans cette phrase, n’est-ce-pas ? C’est encore plus en déphasage dans nos structures sanitaires.

Quand une bêtise était faite, sans que l’on sache lequel des deux enfants l’avait commise, dès lors que la première réaction des gamins a toujours été de dire « ce n’est pas moi, c’est l’autre ». la juste réaction des parents étaient de donner une tape à chacun des deux.

De la base aux plus hautes sphères de la hiérarchie, tout s’incrimine. Tout est grise mine. Défaut de prise en charge aboutissant à une mort, courant. Mais une fausse mort, aboutissant à une vraie mort, là ça ne passe pas.

Ceci est le point d’orgue de la bêtise. La définition de la sottise.

Les scènes se suivent et se ressemblent tristement. Honteusement et piteusement, la justice intervient et s’adjuge le bas de l’échelle pour condamner.

Des gardes à vue à l’aveugle, gardant innocents les dirigeants diligents de la santé de ce pays.

Quel est leur sort ?
L’exemple de Louga est récent et fiévreux.

Mettre à la tête d’un hôpital souffrant, un directeur ayant souffert des années en arrière de problèmes dans son hôpital. C’est ça le Sénégal !

Le létal prend le dessus sur le vital. C’est tout le mal de notre société. Comme dans les précédentes affaires ayant impliqué le système sanitaire, les agents de santé (infirmiers, sages-femmes, aide-infirmiers, etc) sont les seuls examinés et exterminés.

L’on a tendance à se dédouaner lâchement en chargeant les autres de tous les maux de la société.

« Mais oui monsieur le juge, c’est lui là-haut qu’il faut coffrer, il tire les ficelles… », écrivait Guy Busquets dans « Guernica ».

Les faciles bouc-émissaires. C’est à eux de vivre la misère. Quid de leurs employeurs ? Quid de ceux qui décident ? Sont-ils moins blâmables et moins coupables ?
Incapables de prendre les bonnes décisions, de trancher en bon chef de maison. Ils participent au laxisme dans leur structure.

Déficit de matériels, déficit de personnel, personnel peu ou pas qualifié (des vigiles qui font des premiers soins pour suppléer un personnel médical absent, selon Momath Cissé, vice-président de l’association des consommateurs du Sénégal en 2017).
Scandales à répétitions, pétitions à répétitions mais rien depuis. La rémission s’installe. On oublie vite, on endort le peuple et ça reprend.

La première réaction des autorités de l’hôpital régional de Kaolack a été d’indexer immédiatement l’aide-infirmière. Elle est donc envoyée à la guillotine, et puis quoi encore ? Sans autres formes de procès ?

La rigueur se meurt petit à petit dans la Santé. L’heure est grave. Il urge de redonner une bonne santé au secteur de la santé pour plus avoir à revivre une autre saison de cette série.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.