fbpx

CHRONIQUE : Pas deux bêle fêtes !

CHRONIQUE : Pas deux bêle fêtes !

CHRONIQUE : Pas deux bêle fêtes ! : Un peuple à cent buts, adepte des plusieurs fois. Jamais ou rare les fois où les fêtes sont faites à l’unanimité. Une calamité pour ce pays qui se nomme, pays de religion. Non, loin de moi l’idée de mettre en cause, cette belle rose religieuse arrosée depuis plus de 60 ans. Musulmans de ce pays, unissez-vous !

De l’opium, le peuple en a fait de la religion. Elle est un échappatoire, une foire à fuir les problèmes. On l’aime bien quand elle nous sauve, mais on peine à trouver les moyens de s’unir en notre sein quand elle doit être sauve. Chaque année, notre division se multiplie et on se fractionne sans calcul alors qu’on est censé se soumettre au même dénominateur.

Encore et encore, nous nous accordons que sur nos propres désaccords et ce dans tous nos rapports. Est-il difficile de tous se retrouver dans une même fil ? L’attente, longue qu’elle soit ne doit pas nous empêcher de tirer dans le même sens. De danser dans le même rythme et de penser pour un même hymne. Celui avec l’accordéon, accordons-nous sur ça, sans autotune. La Lune ne peut pas être convertie, laissons-là telle qu’elle est.

La scission croissant sur nos terres fait peur. L’impression que l’expression de la religion est différente. C’est lunaire ! La pente est renversante dans ce pays de Serigne Bamba de Touba, on scie le banc de l’Unité de Maodo Malick Sy, on terrasse les principes de Mame Baye Niass. On est à bout, tout est flou, les enseignements de Cheikh Saad Bou sont mis à genou. Tout est dessus dessous et sous plusieurs formes, on vit dans une patrie à parties.

Les parties impolies tiquent toujours quand il faut qu’elles bêlent ensemble. Le Sénégal ne mérite pas ça, ce rite à régal doit se faire dans l’union sacrée. Mais au lieu, ça crée des fissures, le pur aspect de ses festivités tend à se perdre au fil du temps.

Mamadou Kane

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.