fbpx

Chronique | Notre CAN Sucrée est là !

Chronique | Notre CAN Sucrée est là !

Vive la CAN ! Vive la CAN !
La CAN est dans les boîtes, officiellement. Elle est certes boiteuse mais elle reste sucrée, succulente et pleine de surprises. La CAN est reprise par l’Afrique. Le continent marche. Il est porté et masqué par 24 pays qui vibrent et vivent au rythme des balafons et des tam-tams.

Mama Africa clame haut et fort sans gros vacarme la flamme douce de la fête autour de ce rond central. Des buts du début à la fin, des retournées qui donnent le tournis et des madjer  pour mettre fin à des galères, nous sommes preneurs. Défenseurs de la joie, de l’Algérie au Zimbabwe, récupérateurs du poids stressant et attaquants des proies qui se dressent sur les chemins, soyez tous debout. Jusqu’au bout de la nuit, le fruit noir de la bataille sera découvert pour le bien de l’Afrique.

La CAN nous appartient. Nos ancêtres nous ont légué cette merveilleuse compétition qui nous tient debout depuis 1957. Depuis lors, elle a été soulevée par 14 nations. Attention, elle a ces privilégiés comme l’Égypte qui l’a caressé 7 fois, le Cameroun, à 5 reprises. Je reprends mon chant pour cette CAN. Elle fuit à 14 autres rôdant à Yaoundé, grondant parfois. De la foi, il y en a. Que c’est la bonne. Que la donne va changer.  Que la cloche va sonner pour tic ou pour tac.
Les tactiques son

déjà mises en place. La grâce aura peu de place à se faire valoir. Que du talent à revendre sous les pieds de Salah, Mané, Mahrez, Ayew, Kessie, Hakimi, Keita, Haidara et tous ceux qui seront là pour nous faire voir au-delà de 24 Carats. À ne pas oublier, les diamants à polir seront là pour nous faire plaisir, Pape Matar, Sulemana, Saidou Sow, Muhamed Kudus, Aguibou Camara. Eux c’est l’aura en devenir.

La CAN regroupe aussi des cultures, renoue des fractures et mélange des peintures, bleu, rouge, jaune, vert, noir, blanc. Les bancs sont prêts. Les dents sont au lait. Le spectacle pour nous mettre bouche-bée, pas besoin de fée. Juste 1 ballon, 22 acteurs assistés par un arbitre et le tour est fait. Notre CAN, c’est ça, on est fier d’elle. Elle prend ses ailes ce dimanche 9 janvier, direction le 6 février pour un atterrissage à la belle étoile.
Pour qui ? Seule la victoire nous le dira…

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.