fbpx

Chronique | Médecins à dessein, humains avant tout !

Chronique | Médecins à dessein, humains avant tout !

« Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination, selon leur état ou leurs convictions. J’interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité », extrait du sermon d’Hippocrate, prononcé par les médecins, à la prise d’exercice.

Il était une fois, négligence dans la surveillance, résilience dans la souffrance, elle doit donner naissance…

Des heures de résistance, toujours pas d’assistance. Elle ne survécut pas, bébé non plus. L’heure de Astou Sokhna sonna.

C’était le 7 avril à l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye de Louga. Acteurs différents, dénouement de malheur. Urgent !!! Le pays est au coma. Comment ? Une question devenue ambulante.

Négligence. Un mot résident de chez nous. Un système sanitaire accueillant à bras croisés les maux d’une société.

Arrogance dans l’approche du patient, perdant patience, il ne sait où donner de la tête. Le mal est profond. Les mots manquent pour décrire à quel point on est au fond.

Des vies s’en vont entre les mains de ceux qui devaient les sauver. À qui la faute ?

Les chiffres sont alarmants. Les larmes ont beaucoup coulé. C’est amer. C’est acide.

717 décès maternels sont notés en 2021, dans nos hôpitaux. Trop dur. Dos au mur, les syndicats de santé remettent la balle dans le camp de autorités. Ça joue…

L’humain est mal traité chez son semblable censé le rassurer alors qu’il est mal en point. Trop de points les incriminent, l’État ne porte pas de gants.

L’État ne porte pas la blouse. L’État ne met pas les perfusions. Même s’il est appelé à être en fusion avec les établissements sanitaires afin de relever le plateau médical. Car le cri de détresse est fort. Oui il le faut. Installations vétustes, manque de personnel dans les régions, etc. Mais quid du personnel sur place souvent à la limite du comportement inhumain.

L’exemple de la fille de douze ans décédée en 2017 à l’hôpital de Pikine, dont la mère disait, « ma fille n’a pas été bien accueillie à l’hôpital. La négligence a tué ma fille ». À quand la fin ? Les événements se succèdent et se ressemblent tristement. C’est ça le constat.

L’exemple des bébés calcinés à l’hôpital de Linguère. Quelques jours après tout le monde l’oublie.

En plus d’être une violence indicible faite aux femmes, la mort choquante et inacceptable de Sokhna Astou à l’hôpital Sakhir Mbaye de Louga est une violence cruelle faite à toute l’humanité. Quelques jours on en parle presque plus le dossier de Adji Sarr s’est déterré, d’autres sujets refont surface. Combien d’âmes avons-nous perdu dans de telles conditions ? La non assistance à personne en danger est banalisée. C’est pire qu’un délit, c’est un crime. Le manque d’humanisme et d’humanité dans nos structures sanitaires doit cesser ! Chacun(e) doit prendre ses responsabilités.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire