fbpx

CHRONIQUE : Lionel Messi, enfin le Messie !

CHRONIQUE : Lionel Messi, enfin le Messie !

La malédiction est brisée. L’histoire sera révisée. Après les échecs en finale de 2007, 2015, 2016 en Copa America et celui de 2014 en mondial avec sa sélection, Lionel Andrés Messi gagne une coupe. Enfin la coupe ne s’est pas renversée cette fois-ci, à la fin.

L’image est belle et restera éternelle, Messi, maillot de l’Argentine au dos, trophée à la main. Le sacre, il connaît, la gloire, il l’avait déjà, les succès, c’est sa tasse de thé. 35 trophées remportés, 6 souliers d’or, 6 ballons d’or, des records, encore et encore, mais, mais, c’est toujours avec le FC Barcelone, ils diront . Ils iront jusqu’à lui reprocher un manque de patriotisme et le mettront toujours en dessous de Diego Maradona. Cette médaille d’or aux JO de 2008 et cette Coupe du Monde des moins de 20 ans, en 2004 ne représentent rien pour ses Argentins.

Ils veulent un Majeur, c’est ce qui fera leur bonheur. Même avec son statut de meilleur buteur de l’histoire de la Sélection, il est traité de « Samba Alar ». Cet art, il le maîtrise à la perfection, ballon au pied, c’est de la Samba dans l’air, cela personne ne peut le lui enlever. Et c’est surtout dans ce pays de la Samba qu’il aura connu, une de ses plus lourdes désillusions, en 2014 (finale de mondial perdue face à l’Allemagne).

Il y revient pour soigner la plaie, face au Brésil ennemi, de son ami Neymar. Lionel Messi, tel un Messie, il s’est donné pour mission de mettre fin à la série de déceptions avec sa sélection nationale, il a même eu une mini retraite internationale, après la finale perdue face au Chili en 2016. Encore une déception, celle de trop car étant l’année où Cristiano Ronaldo, son rival de toujours a remporté l’euro avec le Portugal.

Sur son dos, il va porter l’Argentine, 5 ans après. La persévérance en maître mot, la détermination pour mettre fin aux maux de sa sélection , à la disette depuis 1993, dernier sacre. Il a fallu que le bijou de Rosario soit sans club pour que l’Argentine dispose de lui, à part entière. Il joue libre depuis le 30 juin et il libère son peuple, ce 10 juillet. Il sort de cette prison où lui avait enfermé ses détracteurs.

On peut fièrement crier haut et fort qu’il est le meilleur joueur de l’histoire, car la reproche « il n’a pas un trophée avec l’Argentine » vient d’être obsolète. L’Albiceleste règne sur le toit de l’Amérique du Sud et remercie Lionel Messi qui lui aussi devient le seul roi du football.

Gallaye Camara

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.