fbpx

CHRONIQUE | Le couvre-feu ouvre le feu : à qui la faute ?

CHRONIQUE | Le couvre-feu ouvre le feu : à qui la faute ?


État d’urgence, le feu est au rouge, tout est à l’arrêt. C’est la saison 2 d’une série qui n’a pas plu, où le peuple n’en pouvait plus du tout. Coup de massue à leurs activités, l’heure est grave. Braver les interdits semble être leur seule alternative. La dérive sociale devient virulente, pire personne pour la stopper. Un gouvernement à l’agonie face à une société dans le coma. Les fautes sont partagées, pas dégagées. Faire appel à des forces de l’ordre qui sèment le désordre dans un désordre de horde qui s’aime à ce jeu. 

Qui pour les ramener à la raison, on se le demande. La saison 1 a eu son lot de matraques, de traques d’individus et de marques de bleu sur des corps. Dès lors qu’ils ont su pour la saison 2, tout était fin prêt pour la même dégaine. Sans gêne, on se jette des pierres, comme dans une guerre, on cherche à mettre l’autre à terre. L’objectif devait être tout autre. Notre nation ne mérite pas ça. Dans des situations pareilles, de crise et de remise en question générale, le peuple et ses dirigeants devraient faire bloc unique pour s’en sortir. Repartir sur de nouvelles bases, construire de nouvelles idées. Un contrat social gagnant-gagnant est nécessaire. Un pays nécessiteux dans tout bord, doit d’abord s’armer d’une force sociale dans l’unicité. Évitons les guéguerres qui ne font que nous renforcer dans la misère. L’union fait l’amorce d’un avenir meilleur.

Khadim Diakhate

Un commentaire sur “CHRONIQUE | Le couvre-feu ouvre le feu : à qui la faute ?

Laisser un commentaire