fbpx

CHRONIQUE | Lamine DIACK : Père spirituel des « Navetanes », n’est pas fier de ce « Sang Verdict »

CHRONIQUE | Lamine DIACK : Père spirituel des « Navetanes », n’est pas fier de ce « Sang Verdict »

On n’y revient. On ne s’y attendait pas de si tôt. « So » !, Que dire de ce combat sans verdict entre Papa Sow et Siteu, la prochaine fois qu’on veut aller voir la reine des sports de chez nous.

Sanguinaire, sans nos nerfs, même sur nos terres, sans adversaire, on se perd dans les stades.

Tam-tams au virage, Tam-tam en plein visage, points de sutures sur la tête, les battements retentissaient et les tentations se bâtissaient mûrement sur les murs et sûrement avec bavures en vue. Ce n’est que rebelote. Un bon lot de cas similaires saignait déjà dans le passé.

Des coups à tous les coups, c’est fou comme vous aimez vous brisez le cou. A lutté est devenu le goût amer des souvenirs. Ce n’est pas interdit, mais ne vous pressez pas. Vous en aurez le temps, une fois que l’enceinte vous ceinture « yéen ñaar rek ». Pensez aux chèques dépensés pour vous pas aux mecs sans pensées qui vous entourent.

On sait que vous êtes « sang chaud » mais ne perdez pas votre sang froid. Force reste à la voie de la paix.

Le crack est parti dans un doux climat de Décembre, la mine bien prête. C’est la fin de la course. Cette fois-ci, le Juge a donné son verdict et il est irrévocable. De fil en aiguille, des successions de vies, des pressions à la survie, l’impression que la piste n’était plus cet endroit de gloire pour l’athlète.

La tête haute, il doit partir. Pour ce maître du saut en longueur, la mission, dans sa largeur fut remplie de succès et d’honneurs gagnés partout dans le monde. Parmi toute cette chaîne de merveilleuses réalisations des montagnes russes sont notées. Pas tellement hautes celles-ci, mais assez encombrant pour quelqu’un qui avait déjà connu l’Everest du Sport. Il est une icône pour le monde et un Jaraaf pour son pays.

Populaire, il l’est dans ce pays à qui il a doté d’un cadre d’épanouissement côté en ambiance et en insuffisance deg sécurité durant les vacances grâce au ballon rond. Ils en font leur moyen d’évasion, parfois d’invasion et d’éxagération. Ce n’était certes pas son désir, lorsqu’il créait ces « Navetanes », au début des années 70.

Lamine Diack n’a jamais prôné la violence. Son but était plus de permettre à cette jeunesse de se mouvoir et de promouvoir le football sous une pluie de joie et de bonheur.

À cette heure, le sang et l’anarchie nous baigne dans un climat d’inconfort, tellement la hiérarchie semble dépassée. Les enjeux prennent la place du jeu. Rien que pour la mémoire de cet homme dont la grandeur planétaire passe après son bonheur de servir sa terre natale, amenons plus haut, plus fort et loin ces « Navetanes ».

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.