fbpx

CHRONIQUE | L’adversaire varie son jeu

CHRONIQUE | L’adversaire varie son jeu

Nos vies varient entre le dur et le moins dur, droit dans le mur, c’est ce qui nous guette, c’est sûr. L’aventure continue, son contrat est renouvelé dans la durée, le pacte est scellé.

Suite à ses bonnes performances, sa résistance et son exigence, le monde contre toute attente décide de ne pas porter atteinte à son évolution flamboyante. Patente la décision, vu l’impact que ce joueur a eu lors des contacts durant les matches à contaminations directes. L’équipe adverse n’a pas pu placer la bonne défense barrière pour qu’elle fasse marche arrière. Les stratégies, ont-elles échoué ? Où ont-elles été bafouées ? On ne sait plus à quel saint se vouer ? Le match est en train de se jouer, à coups de fouets, nos joueurs aussi doués qu’ils soient peinant à secouer l’adversaire. Il varie son jeu, il parie de mettre le feu et ne se tarit guère. Pur produit du championnat anglais, sa vélocité à la Sadio Mané, son efficacité hardie à la Vardy, son sens du placement à la Kante ne cessent de nous hanter. Mais la guerre est déclarée, du Becker pourrait nous aider un travail d’équipe à la Fernandes pour éviter ces nombreux malaises. Varions notre jeu, le crayon essentiel de notre combat doit résider dans la mutation de nos comportements. Cet échantillon de notre population qui s’en va chaque jour peut sembler vain comme la molécule dans un corps. Mais son importance tel un catalyseur dans une réaction chimique est à noter à cette heure. La peur doit s’installer et surtout, l’adversaire doit s’en aller. Maintenant plus que jamais, on est en guerre, l’affaire doit être maîtrisée en concert, des êtres chers s’en vont. Réveillons nous, le match reprend. Chacun à son poste.

Mamadou Kane

Un commentaire sur “CHRONIQUE | L’adversaire varie son jeu

Laisser un commentaire