fbpx

Chronique | La paire UEFA-FIFA est hors-jeu, le football dans le roussi

Chronique | La paire UEFA-FIFA est hors-jeu, le football dans le roussi

Un combat politique se retrouve sur le terrain du football. L’UEFA et la FIFA ont sanctionné la Russie du mondial, ce lundi, dont elle avait atteint les barrages. Elle devait jouer contre la Pologne le 25 mars.

On peut passer de zéro à héros. De héros à zéro, ce n’est pas ce qu’il faut mais ça existe. La piste menant de l’un à l’autre est si étroite. La Russie en sait quelque chose. Elle en a pris sa dose. En quatre ans, elle passe de concentrer l’attention pour organiser une coupe du monde au con-sans-trait qui sème la tension pour « troubler » la paix dans le monde. Elle est exclue ainsi que ses clubs de toutes les compétitions de football par l’UEFA et la FIFA. Ces institutions sont-elles habilitées à intervenir dans une situation opposant deux États ?

Elles s’occupent de football, mais ça joue. Je me perds. Il y-a-t-il des joueurs épinglés pour fraude sur leur âge ? Non. Des joueurs sont-ils coupable de dopage ? Non jusque-là. Si c’était le cas, l’étude de cas n’allait pas trop poser problème. Saint-Petersbourg se voit aussi retirer l’organisation de la finale de la Ligue des Champions, parce qu’elle est en conflit politique avec l’Ukraine. Mais l’expression « le football est un facteur de rapprochement des peuples » est porté disparu. Les principes de ce sport sont désormais à la rue. Ne pas mêler sport et politique, une chanson que tu maîtrises n’est-ce pas ? Donc tu te perds.

La paire UEFA-FIFA est hors-jeu. Certes les morts et torts causés à cette partie du monde ne sont pas encore supportables encore moins défendables par qui que ce soit. Mais la voie choisie n’est pas la bonne. Le football devait être dissocié de ces sanctions. Sa fonction première doit être de réunir, d’unir, de faire plaisir sans faire appel à une mesure discriminatoire quelconque.

On sent le règlement de compte.
Des tacles par-ci par-là. Mais l’arbitre ne siffle pas. Ça joue à domicile, ça se comprend. On réclame la faute, mais il ne bronche pas. La VAR (Video Arbitrage Referee) est sollicitée. L’histoire est fort plébiscitée. Le rapport de force est cité. L’Europe semble mal placée pour condamner. Elle, la cité de la terreur. De l’Allemagne nazie, à la France pilleuse, en passant par l’Italie fasciste, les coups pas très francs se succèdent à travers le monde et l’Afrique. Pas de carton, arbitre, ça joue encore. La surface de réparation du mal causé reste invisible à ce jour. Les attaquants défendent mal, c’est connu. Du coup, ils mettent à nu les plans de l’équipe. Les États-Unis dans tout ça. Très mal placé pour donner des leçons. L’Afghanistan souffre encore des ligaments croisés.


L’Europe s’agrippe à une idée. Celle de vider la Russie de tous ses pouvoirs. La voie du sport est puissante en soi. Du coup, tous ses devoirs de se faire valoir par le football sont privés injustement. Les instances du foot n’ont pas à se mêler des démêlés étatiques et politiques. Ceci n’est pas de leur ressort, ne doit pas l’être. Le sport ne doit pas être cet outil vecteur de haine, la peine est assez profonde à ce niveau. Là où la balle tue, le ballon mue les pleurs en bonheur. L’heure est grave à cet instant.
Les affaires sont les affaires, oui. Mais qu’ils s’affairent à battre le fer là où il faut et arrêtent les faux combats dans de fausses enceintes, pour de faux principes.

Mamadou Kane

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire