fbpx

Chronique | Inondations : le porte-parole qui affabule, le ministre de l’intérieur qui dissimule et la banlieue qui boit le calice

Chronique | Inondations : le porte-parole qui affabule, le ministre de l’intérieur qui dissimule et la banlieue qui boit le calice

Une pluie d’inondations, un peu partout, et ce, dans un faux départ qui nous ment sur nos tares. Un tort sec s’abat sur eux. Des populations vivant en don de soi, avec des dirigeants en dents de scie, le tout dans un avenir dont le « Si » conditionne le courant, et même en courant, les cœurs mourant à petites eaux et à petits seaux vivront une vie commune. On pagaie toujours, jusqu’à quand ?

C’est le début de la énième saison, les équipes sont bien préparées, certains seront attendus à la case réparée, d’autres se mettront plus à comparer des vies à leurs avis. Plouf ! Plouf ! Ouf ! Le liquide n’est plus si précieux. Le lot d’hommes vicieux, aux engagements vieux qui dégagent vers les Cieux tout ce qui pourrait rendre heureux une population. Mais que de pollution de mots, sans de solutions aux maux, leur position pose t-elle défaut ? Non, loin de s’en faut. Bis repetita, triste coup bas, pour ses braves masses couche-tard rien que pour le bien de leurs mômes.

L’heure se noie dans le temps de rescousse. Les secousses causées par les secours masqués des vagues de l’État sont des cas graves de désespoir. La poire est fendue, il n’y a que la Pomme qui réunit ces fils d’Adam. Le drame vogue vers le pire, les larmes coulent, le vacarme s’installe à flots à Keur Massar Diamageune, Boune Diacksao et les hommes assis sur les bancs, lieu où ils pourront demeurer au-dessus de leurs soucis. Les dessous de leurs détresses surpassent les tas de promesses qu’ils ont reçus.

L’état de leur état d’âme pour encore supporter cette douleur avec laquelle ils cohabitent depuis des années, a atteint son embouchure. L’indiscipline va changer quand ? Le camp de désespérés quant à lui, tient la barque pour ne pas sombrer dans les baraques de Pikine Guinaw Rail. Ils cherchent encore la lumière à la nage. Le naufrage atteint le bout à Yeumbeul. Sale coup à Rufisque ! La hauteur pousse à des bassesses à Grand-Mbao. Leur bas le con n’est pas menacé. Les dommages vont au-delà de leur attente. La ligne ne verra pas le bout du fil des dégâts à Touba. La société a démissionné et le débat tenu par ces missionnaires ne fait plus effet à Fatick. Trop de songes qui mentent, trop de rêves qui chantent, mais toujours rien ne change à part le budget du plan Orsec. Des descentes sur les lieux à patauger comme la sortie du ministre de l’intérieur.

Difficile de jauger la douleur, difficile de loger le malheur de ces fils et ces filles sur le fil de leur destinée. À quoi sont-ils destinés ? De quoi est fait leur lendemain ? Quelle est la main pour les faire sortir du lot ? De grâce ne me parler pas d’Oumar Guèye. Dame Mbodj avait raison de le comparer avec ce baraquin aux lentilles de contact. Des coûts de billards en or sec pour des semblants de « Wiiri-Wiiri » sans atteindre la sainteté qui ne luit guère. « Sunu gaal » est dans des troubles qui ne voguent pas dans le bon sens de la danse. La saison ne vient que de démarrer, les chocs ne feront pas du tout se marrer. Les acteurs sur le terrain ne comptent plus sur les arbitres, qui se trouvent dans les tribunes. La lutte pour le maintien sur les lits sera très rude.

Des tacles réguliers et ça jouent…

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.