fbpx

Chronique | Haro à la profanation religieuse !

Chronique | Haro à la profanation religieuse !

Le Sénégal, carrefour des obédiences religieuses et très ancré dans les valeurs distillées dans les livres sacro-saints, voit tout ce legs être torpillé à une vitesse inquiétantes.

Up

Les deux événements en moins d’une semaine en sont assez illustratifs. Le premier tollé émane des propos de Serigne Mouhamadou Lamine Sall, guide religieux, sur le plateau de Walf TV. Depuis quelques semaines il se lance vaille que vaille dans la campagne d’endiguement de la dynamique de lutte contre l’homosexualité. En voulant mordicus renvoyer les acteurs de « And Sàmm Jikko yi » dans leurs cordes, ses galimatias provoquent le courroux de tout un Peuple choqué :  » Si on peut tolérer des gens qui sont dans l’association, on peut aussi en faire pareil avec les franc-maçons ou homosexuels ». Quelle goujaterie !

A ce Serigne on doit lui rappeler que les chrétiens sont dans le monothéisme. Le Coran nous impose de croire au Prophète INSA (as) et à l’Evangile.
A ce marabout, il s’impose de lui rappeler que les caciques du christianisme ont une fois sauvé la vie des sahabas persécuté par les dissidents de l’Islam qui ont trouvé refuge en Ethiopie chez un prêtre.


Toujours à ce marabout, nous sommes dans l’obligation de lui rappeler que le Prophète Muhammad (sws) avait engagé des pactes avec des non musulmans pour la stabilité et la bonne marche de Médine.
Le débat autour de la foi des Chrétiens et leur relation de bon voisinage ne doivent point faire l’objet d’équivoque. Ce dérapage n’aura comme infime conséquence une convocation à la Brigade de Recherches, insignifiant au regard des dommages causés.


L’autre événement est bien plus cocasse. Entouré par une kyrielle de femmes dans un contexte de journée internationale de la Femme (date d’aucune pertinence dans notre société), le directeur de la DER, Pape Amadou Sarr, dans une hérésie étonnante bat en brèche les règles de l’islam relativement à l’héritage. À cet ignare, qu’il sache que l’Islam est juste. S’il revient à l’homme la charge de nourrir, d’entretenir sa famille, il est logique qu’il obtienne le double que la femme à qui on ne demande rien à la maison. Et même il existe des situations où la part d’héritage de la femme est plus importante que celle de l’homme. Également, si l’homme ne serre pas la main de la femme c’est par pudeur et non une règle discriminatoire comme il veut le faire croire. Dans la foulée, le décret de son limogeage est tombé. On ne peut que s’en féliciter.


Toutefois, la profanation est vouée à des jours meilleurs dans notre pays. Les exemples sont nombreux.

L’outrage au président de la République fait l’objet de sanction dans notre Code Pénal. Certes la profanation religieuse est réprimée, mais on note une latence et des largesses dans la mise à œuvre dans toute sa rigueur et dans toute sa vigueur. Ce pays est bâti sur la base des valeurs religieuses et ethniques. La République du Sénégal est née seulement qu’en 1960. Antérieurement, le pays a connu d’autres modèles et ce n’est rien d’autres que la Religion et les diversités culturelles. Les soubassements qui maintiennent notre pays dans la pays et garantissent notre cohésion sociale doivent être jalousement sauvegardés.


La République est institutionnalisée et pourquoi pas une institutionnalisation de la religion? Tout intervenant de tout bord doit être accrédité avant de parler au nom de la religion. Les sanctions doivent être plus rigoureuses. Tel est le combat qui s’impose et que les religieux doivent porter.

                       Abdou THIOUNE

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire