fbpx

CHRONIQUE | Gestion COVID-19 : Le maquis titube

CHRONIQUE | Gestion COVID-19 : Le maquis titube

Trop de contradictions, trop de complications, le monde nous contre et le monde ne compte plus pour nous. Ça contre, ça compte, un, deux, trois et tout s’effondre désormais. Mais, de l’or et des décors qui dorment sous nos sols. Nos sous-sols pleurent et demeurent étrangers à nous. On l’a dit, c’est nous, mais c’est eux, c’est fou, mais c’est peu, ce que nous faisons pour faire fi de tout ce que l’on subit. Qui sommes-nous ? Qui êtes-vous ? Que faites-vous ? Les questions fusent, mais les certitudes sont là, vous avez trop fréquenté le maquis.


Au fond, des sommes faramineuses, des lumineuses de bluff, des liaisons porteuses de désespoir nous transforment en truffes. On se cherche sans se lancer dans des recherches qui nous perchent dans l’oubli. Tout est dit, mais tout ne suffit pas. Tout est tenté, mais tout est fait pour plaisanter avec nous. La gestion est tâtonnée, talonné par ceux qui titubent en sortant du maquis. Ça commence par une rigolade, une petite balade de virus qui suce le long de l’allée des cons fines. In fine, bien de promenades, d’accolades, de déplacements de nomades contagieux sont répertoriés dangereux par ces compléments de dits gestion. La constipation de nos cerveaux partant d’une quelconque anticipation d’une catastrophe. On apostrophe sans virgule des décisions peu réfléchies sur des points sans interrogations. Mais le problème reste plus profond. La perte de confiance se confond à une lassitude, une inquiétude, une turpitude venant du haut. Des bassesses, il y en a eu. On n’a nullement pu empêcher ces rats semblants fouiner dans des causes qui ne siéent pas. On préfère parler des gouines par ci par là. Un état des lieux au lieu d’un Etat qui se prend pour un Dieu dans des situations calamiteuses. Le peuple n’est pas un lego, même étant du haut, nous restons égaux, agir comme il faut, en évitant le faux que vous êtes, le dos rond que vous faites, quand il s’agit de nous rendre compte et de vous rendre compte de votre faillite. Oui vous avez failli, vous avez trahi, vous avez sali, que dis-je, vous êtes sale. L’amour-propre, le peu qui vous restait en nous est contaminé par ce virus, dégradé par les bus, rétrogradé par tout ce que vous nous avez intégré jusqu’ici comme des puces. Vos intérêts se regroupent et des groupes d’intérêts que vous avez créés pour vous servir nous desservent chaque jour qui passe. La tasse de thé matinale n’a plus la même saveur qu’avant. Les bilans du jour que vous nous servez terrorisent les terroristes que vous avez créés. Oui bizarre n’est-ce pas ? Celui qui terrorise le terroriste demeure plus terroriste que le terroriste, que c’est triste.

Mamadou Kane

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.