fbpx

CHRONIQUE | École sénégalaise : Saignement ou Enseignement ?

CHRONIQUE | École sénégalaise : Saignement ou Enseignement ?

L’école sénégalaise, un vrai cas d’école. Des bêtises qui nous collent la peau, des folies qui décollent de partout, mais où allons-nous réellement ? Fièrement, des élèves soulèvent des enseignants, élèvent la voix face à eux, ça saigne, ça baigne dans des maux, mais qui en saigne et qui enseigne ?

Nous sommes presque à la fin de l’année scolaire. Non, nous faisons la somme des dégénérés polaires dans nos établissements et dans nos cours. Les priorités changent désormais. Le savoir n’est plus de l’or mais plutôt un fleuve qui dort dans la jeune lie tristement perdue de notre nation. La tension augmente, la pension se démonte et se désole. Qu’est-ce qu’ils font à l’école ? Ils picolent sans alcool, ils rigolent quand il s’agit de fixer les pôles de leur réussite entre quatre murs, purement faits pour des aventures éducatives digne de la destinée d’un peuple, de son devenir et de son avenir. Tout est sombre devant, même pas l’ombre d’une lumière, les décombres à amasser, nous mettent à la ramasse, à un moment où même la tasse de café est négociée dans des classes supérieures. Les cadeaux qu’on nous vend, pour nous mener en bateau, n’ont plus leur temps d’or, à ce jour. Le tour ne peut être joué que par nous. Tout est réuni pour que tout se passe bien, mais les toux et les maux persistent. Oups, je fais fausse route, le trajet n’est pas bien tracé, à ce que je vois, les embouteillages dans les salles se multiplient, les abandons de circulations divisent la sphère, les accidents de parcours viennent s’y additionner. Alors qui soustraire dans ce système ? Bien beau de blâmer cette jeunesse inconsciente, insouciante, impertinente dans ses choix, incapable de poser ou de peser les dessus de chaque dessous qui lui faut pour rêver plus grand. Le pari est loin d’être sain à ce niveau et les germes ne sont pas si prêts à la semence. Le champ d’action de ceux qui sont censés réguler avant l’orage qui risque d’anéantir tout espoir de bonnes récoltes, n’est pas si vaste. Dévasté, je le suis, quand je suis les poursuites qui suivent nos potaches. La tâche est plus tachée que probablement, elle aurait cru être détachée. Le rouge, n’est plus stylo, il est aussi sang dans ce milieu. Ça saigne au lieu d’enseigner, ça cherche à pendre, au lieu d’apprendre. L’apprenant et l’enseignant ont besoin de baigner dans un tendre climat de confiance mutuelle. Chacun s’est abandonné et s’est adonné à donner du discrédit à l’autre sans forfait. Dans tout cela, le coiffeur tond chaque jour, même si le bond est tenté par les deux parties, à cheval ou à l’âne, la laisse du chien nous tenait toujours dans le mou du sol.

Mamadou Kane

Un commentaire sur “CHRONIQUE | École sénégalaise : Saignement ou Enseignement ?

  1. Un constant sur les pourcentages des résultats des examens de baccalauréat :
    Les années 2000 à 2019 ça tournait au tour de 35% 36% mais en 2020 avec tout ce qui c’est passé des élèves qui ont resté de mars a juillet sans faire de cours dépassent largement le pourcentage habituel et rehaussent le niveau au environ de 49, 50% et cette année on se retrouve au pourcentage habituel vraiment l’État nous le ministre de l’enseignement nous doit des explications.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.