fbpx

Chronique | Doxantu politique ou tournée « économique » ?

Chronique | Doxantu politique ou tournée « économique » ?

Le Président de la République, j’ai comme l’impression – soit ne retient pas les leçons du passé, soit est obnubilé par sa cote de popularité.
Pendant que certains de ses partisans lui font croire qu’il est accueilli par les populations locales, d’autres s’adonnent à une délation sur un supposé déplacement du bétail électoral des grandes villes vers son lieu de villégiature, dont il se gargarise d’être son titre foncier, comme pour flatter son ego.

N’avions-nous pas entendu de la cour de son prédécesseur que 2,650 millions de personnes assistèrent à un de ses rassemblements de l’époque 2011-2012 ?
Ce maquillage des chiffres sentait la fin de règne, sans pour autant que la cour ne s’en aperçoive.

Le « maquis » de 2021 n’aura rien appris de ce triste épisode de falsification des chiffres de 2012 auquel faisait montre le porte-parole du Palais, de l’époque.
Je crains fortement qu’il soit atteint du même syndrome de gonflement des chiffres.

Le « maquis » use et abuse de mots dithyrambiques pour duper le peuple sénégalais, comme disent nos jeunes « day dox ci sunu xel ».
Cette attitude fait doucement sourire et amuse la galerie.

Plus sérieusement, au-delà de ce sourire qui cache ma profonde inquiétude pour mon pays, la question qui me revient à l’esprit est : à quel moment cette comédie politique prendra fin ?

Notre case Sunugaal brûle et le Président regarde ailleurs.

Tangiblement, rien ne pourra justifier que tout notre appareil d’État puisse rallier le nord du pays, au détriment des missions quotidiennes que les citoyens sont en droit d’attendre de lui. Rien de rien !

Il est temps d’arrêter le folklore, la politique-spectacle et de revenir aux fondamentaux.
Cet exercice de communication à outrance, à l’approche des élections locales ne saura tromper les Sénégalais, ni insulter leur intelligence.
Le peuple n’est pas dupe, il est loin d’être ce que croit le « maquis » et il s’en souviendra.

Concrètement, le Président et son entourage essaient, par l’image incessante, de montrer à nos compatriotes que tout est beau, tout est rose dans ce pays ; que nous avons les plus belles infrastructures ; que les Sénégalais vivent dans le meilleur des mondes. Voilà leur exercice quotidien, qu’on ne peut qualifier autrement que par de la sournoiserie.

A côté de cela on se demande lors de sa tournée dans la région de Tambacounda, pourquoi n’a-t-il pas osé rendre visite aux populations du département de Bakel, à quelques encablures.

La raison est simple, toutes les promesses vendues à ces populations ont fondu comme neige au soleil !
Une visite aurait bien évidemment fait tache.

Bakel manque de tout, comme énormément de localités de ce pays. Les quelques projets entamés en 2012 sont encore à l’arrêt, 9 ans après.
Le stade départemental tarde à voir le jour, le chantier de la caserne des sapeurs-pompiers est en train de crouler sous les ruines.

Depuis plusieurs décennies, le département de Bakel réclame un hôpital de niveau 2 pendant qu’a 65 km de là, le département de Matam bénéficie sur son territoire de 3 centres hospitaliers.

L’équité territoriale semble être un gros mot pour ce gouvernement, qui pense par ailleurs, que la diaspora de ces contrées du pays se substituera éternellement à ses prérogatives.

Monsieur le Président, détrompez-vous, le peuple silencieux est en colère ! Cette colère sourde est loin des images de pancartes sur commande, de vos ministres, députés et DG autour de votre cortège…

Cette colère s’exprime encore dans le Kabada, au sud de notre pays, où le Président Thierno Alassane est en visite présentement. Tout y manque !
La République y est totalement absente ; ces populations manquent de tout : l’éducation, les infrastructures, la sécurité, la santé, l’eau, l’assainissement, le sport, la culture, l’emploi…l’État n’existe pas dans ce coin de notre pays, comme dans beaucoup d’autres.

On avait espoir que le Président avait entendu la colère du pays, exprimée lors du mois de mars dernier mais encore une fois il en a fait fi.

Point besoin de faire une balade électorale déguisée en tournée pour savoir que tout va mal dans le pays !

Il faut juste écouter la jeunesse qui pleure un emploi, la jeunesse qui se meurt dans la Méditerranée, la jeunesse surdiplômée transformée en conducteur de Jakarta ou de charrette,
Il faut juste écouter les populations des 2 Goyes du Gadiaga qui pleurent une route praticable,
Il faut juste écouter les étudiants qui croupissent dans nos facs à passer une licence en 5 ans,
Il faut juste écouter les impactés du TER,
Il faut juste écouter les habitants de Mbour 4 dont la DSCOS a détruit les habitations,
Il faut juste écouter les déguerpis foncier de Tivaouane-Peulh,
Il faut juste écouter nos pêcheurs qui souffrent des accords déséquilibrés signés avec nos partenaires,
Il faut juste écouter la grande pauvreté et le désespoir dans nos grandes villes et dans les profondeurs de notre pays.

Somme toute, rien n’est économique dans ces balades, tout est politique politicienne.

Le peuple souverain attend de celui qu’il a élu qu’il règle ses problèmes du quotidien et non qu’il passe son temps sur des balades électorales.

Monsieur le Président, le doxantu politiques ne duperont pas le peuple.

Aly BATHILY
Spécialiste de la communication politique
Membre de la cellule des Cadres – République des Valeurs (Réewum ngor)

Syllabus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.