fbpx

CHRONIQUE : DIEU EST GRAND, Mbougar lui est GonCourt

CHRONIQUE : DIEU EST GRAND, Mbougar lui est GonCourt

Gare à celui qui ne lit pas. Gare à celui qui ne se lie pas d’amitié avec les mots désormais, car Mbougar l’a fait. Mboug’ court désormais sur l’avenue des David Diop et René Maran. Sacré coup ! Que retentissent les pilons ! L’Afrique a fait bon bond. L’histoire ne gardera pas.

La Mémoire n’a pas à être secrète. Au galop des mots, le cavalier Mbougar s’est fait sans bruit dans le plus calme des silences. L’art des mots revit dans « La plus secrète mémoire des hommes ». Nous sommes comblés ! Oui nous sommes désormais sur la Terre « Ceinte » tout en Chœur. Mais le comble est que NOUS NE LISONS PAS. Ou du moins NOUS NE LISONS PLUS.

Pour un pays qui a accouché de tellement de grands noms de la Littérature, les lettres sont bien orphelines de lecteurs. Le livre lui, pâle dans un état piteux, se livre aussi à une incertitude face à l’avancée du digital. Triste sort ! Le vide est bien présent et le guide est bien absent.

L’éclaircie Mbougar doit servir de phare à toute cette jeunesse tendrement lisible dans la paresse. Écris jeunesse ! Écris ! Elle a peur nous diront-ils ? Ceci n’est pas un secret, elle ne lit pas, ou rarement dirai-je. Des bougs comme Mbougar hummm, ils ne doivent pas être rares. Le papier est le secret, il nous l’a dit.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.