fbpx

Chronique : Assemblée nationale, enceinte des coups

Chronique : Assemblée nationale, enceinte des coups

« L’union fait la force » ne faisait pas allusion à la force faisant acte de faiblesse d’un homme qui ose lever la main sur une femme pour se faire justice. Juste piteux. Une soufflante, soufflant et effleurant tranquillement la joue d’une parlementaire en pleine session, jeudi dernier, c’est le geste de classe inférieure qu’a réalisé M. Massata Samb. 

 

Représentant issu de l’opposition sénégalaise, il a eu la fâcheuse idée de lever sa main sur Mme Amy Ndiaye, issue de la mouvance présidentielle, pour répondre à une offense.

 

Sans prise de défense ni prise de partie, on se permet de poser la question de la représentation et du choix des représentants et si les attentes du peuple font partie de leurs préoccupations. Les occupations sont autres. Certains perdent confiance.

 

Cette assemblée ne cesse de toucher le fond. Force est de savoir que les questions de fond ne peuvent être apposés si la forme n’est pas bien posée. En hémicycle oui, mais le cercle de représentation est bien fermé, bien choisi pour plaire au chef. Ce qui amène des débats à sentiments, des combats au sang et à piment.

 

 

 

Ça pique de partout, tout est sens dessus-dessous. L’enceinte s’habitue à un mélimélo et accouche d’un imbroglio non maîtrisé. Violences, insultes, jets de chaises, applaudissements sans raison, toujours l’impression d’assister aux mêmes scènes.

 

 

La peine augmente. Les hommes s’en vont et l’institution peste. Mais une gifle sur une femme, jamais aussi grande incongruité n’a été atteinte. Raison n’existe pas dans ce genre d’agissements. Indignation totale.

 

Force pousse à dire que c’est une autre représentation. Elle se reflète en tout.

 

 

Mais le pire dans tout ceci est que certains trouvent encore les arguments pour accabler de fil en aiguille la victime d’une telle humiliation.

 

Triste d’en arriver là. La piste ne devait pas mener à ce type de finalité. Malheureux de concevoir de telles atrocités, au moment où la campagne des 16 jours d’activisme contre la violence basée sur le genre se déroule un peu partout. Mais le mal est plus profond que cela.

 

Le respect envers la femme est certes piétiné mais celui envers le peuple est encore plus enterré.

 

Se donner en spectacle en direct face à ceux qui vous ont donné le pouvoir, dur de faire pire. Déception sur déception, jusqu’où peuvent-ils aller ?

Dépité.

Khadim Diakhate

Un commentaire sur “Chronique : Assemblée nationale, enceinte des coups

  1. Dire que le geste de masata est de la classe inférieure c’est du n’importe quoi. Accepterai vous qu’on offense votre guide dans l’hémicycle ? Pourquoi vous n’avez pas citer que avant que masata lui corrige physiquement lui avez dit de s’excuser et de retirer ses propos sur serigne Moustapha ? Wolof neuk moy wax kou artou woul dinga até. Et on te touche pas une femme d’accord mais quelle femme c’est pas ce domeram de Amy gniby qui insulte nos guides religieux dh.

Laisser un commentaire