fbpx

CHRONIQUE : Accidents routiers – Ça roule, ça meurt, ça pleure, ça coule et après ?

CHRONIQUE : Accidents routiers – Ça roule, ça meurt, ça pleure, ça coule et après ?

Dérapages, mauvais contrôle et perte de lucidité, tant de mots de notre quotidien qui définissent notre cupidité. Dans chaque sphère, on les trouve au volant et en survolant les maux qu’ils causent, on s’envole vers d’autres calamités qui nous posent des soucis dans le long terme. On ne cessera jamais de le dire, on est sur l’autoroute de l’ignorance et la déroute est dense à son niveau. Que faire ? Qui blâmer ? Que taire ? Qui clamer ?

Les accidents sont sans incident dans ce pays. Pire ils sont sans coupable, en vain, c’est discontinue en procédure. C’est dur pour les familles. Qu’en est-il de ces dernières ? Elles sont derrière ceux censés purement et simplement les venir en aide pour combler les dégâts. Le débat est là. Tristement bas sans grande nécessité, le combat n’y est pas foncièrement. L’indiscipline devient la discipline où les Sénégalais excellent davantage. La note est sans doute tracée sur la route. Toutes les composantes sont réunies pour une bonne dérive. La nature humaine ne ment pas.

Sa bêtise encore moins. Les ratures n’élaguent pas l’erreur, elle la rend plus sale. Oui sale, la vague est au bon endroit, à cette heure. Dello lëpp ci Yalla ! Jusqu’à quand ? Avec ce lot de désordres macabres en bandoulières. Des vies sous terre, des avis par-ci par là sous l’arbre à palabre, mais rien pour couper cette hémorragie. L’urgence sied. IL prend, IL reprend et nous on se pend à nos dépens. Nos comportements, nos agissements, nos conduites d’ignorants et sans parler de notre ivresse des tourments mais sans souci encore. Des simples gardes à vue pour des gens qui ont perdu la vue sur le destin de gens qui ont perdu leur vie. C’est à n’en plus finir.

Les responsabilités sont loin d’être situées au moment où des hommes sont tués. Un État en état d’ébriété ne peut que vaciller dans ce cas. Du sang sur leurs mains, ils ne peuvent taire l’œuvre de ces criminels inconscients. Un peu pareil sur les bords, l’appareil rouille et foncé dans le mur. Avant de construire des infrastructures, lions les points de suture dans nos cœurs et nos esprits. Le mal est partout en nous. Les cœurs sont aussi étroits que ces tracés sur lesquels on décompte chaque jour des malheurs. Des battements s’arrêtent bêtement mais à l’heure où nous sommes, la somme de ces pertes ne somment pas encore cet État qui dort tout tranquillement dans les maquis.
Attention, restez attentifs dans la tension.

Gallaye Camara

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.