fbpx

10 ans après, que reste-t-il de l’esprit du 23 juin ?

10 ans après, que reste-t-il de l’esprit du 23 juin ?

23 juin 2011 – 23 Juin 2021, 10 ans, dix bonnes années depuis le réveil de cet « esprit » révolutionnaire citoyenne qui déjà à partir du 21 Juin prenait ses responsabilités pour faire face à la folie de la faim du pouvoir voulant imposer aux Sénégalais le quart bloquant et passer ainsi dès l’obtention de 25 % des suffrages aux élections de 2012.

En dehors même de cette flagrante envie d’une dévolution monarchique du pouvoir, on se souvient aussi de l’arrogance des tenants du pouvoir aux temps comme qui voulaient narguer le peuple avec leurs grosses voitures et groupes électrogènes pendant que nous souffrions des coupures d’électricité, du chômage et de l’insécurité.

Leurs gros bras qui semaient la terreur, les très zélés policiers engagés pour nous cribler de bombes lacrymogènes.

L’arrogance des militants du parti au pouvoir qui pour nous contrer, nous infiltraient et nous jeter des pierres et je n’oublierai jamais ce Professeur d’université non loin de l’Assemblée nationale couvert du drapeau national avec beaucoup de sang sur sa tête.

Cette image était terrifiante. Le 23 juin 2011 marquait en effet le début d’un long processus de lutte citoyenne autour de quelques mouvements dont le M 23 et Y-En-A-Marre était certainement les plus en vue.

La lutte continuera, car si le 23 juin 2011, nous avions eu gain de cause en poussant l’ancien Président à revenir sur son fameux projet, nous n’avions malheureusement pas réussi à empêcher qu’il se présente une troisième fois en 2012, mais les urnes et la maturité du peuple sénégalais auront eu raison de lui.

Ces événements entre 2011 et 2012 auront quand même laissé un esprit d’engagement à bon d’entre nous qui, même si nous étions encore très jeunes, sommes restés concentrés sur cette lutte qui pour nous n’était qu’un début d’une longue marche vers une liberté de nos peuples et vers le développement.

Nous sommes de ceux qui n’ont en aucun moment espéré que le pouvoir remplaçant M. WADE puisse en effet être celui qui changerait les choses. En ce qui nous concerne, nous n’attendions d’eux que le renforcement de l’Etat de droit et de nos institutions, mais, comme déjà dans un coin de notre esprit, nous l’imaginions, nous constatons que rien finalement n’aura changé, les mêmes dérives, les mêmes abus continuent et ne sont prêts de s’arrêter.

Nous ne pouvions faire cette contribution sans relever les similitudes entre les événements déclenchés le 23 juin 2011 et ce que nous avons vécu en mars 2021 et continuons d’ailleurs de vivre. Si en 2011, les émeutes de l’électricité étaient un facteur déclencheur de l’expression de la furie populaire des Sénégalais, en Mars 2021, l’affaire dite « Ousmane SONKO – Adji SARR » aura été l’étincelle qui mettra le feu littéralement dans ce pays.

Nous sommes convaincus que cette affaire de mœurs n’aura en effet été qu’un prétexte pour que le peuple qui depuis 2012 était dans l’attente d’un changement de sa situation a vu tous ses espoirs fondre comme la glace sous un soleil.

Aujourd’hui plus que jamais, la jeunesse sénégalaise croule sous le chômage et sans espoir de lendemain meilleur, la spéculation foncière continue de plus la belle, l’injustice de la justice, l’arrogance et la condescendance des dirigeants, la pauvreté… Tout ce cocktail aura mené à une expression d’une rare violence du ras-le-bol des Sénégalais et le bilan est sans appel : quatorze Sénégalais tués et toujours, aucune justice.

Voici ce que disait le Président Macky SALL le 8 mars pour apaiser la tension : « C’est pourquoi, m’adressant à vous, les jeunes, je voudrais vous dire que je comprends vos inquiétudes et vos préoccupations.

J’ai vu nombre d’entre vous sortir dans la rue pour exprimer la colère de votre mal-vivre ; parce que vous n’avez pas d’emploi ; parce que vous aspirez à un avenir meilleur… ».

C’est alors dire qu’il n’ignore point les réclamations de la jeunesse sénégalaise, il connaît les maux, mais malheureusement, dans les faits, ne montre pas à avoir entendu ce message exprimé dans la rue et j’en prends pour preuve sa dernière tournée économique très politique dans le Nord où devant lui, des nervis ont tabassé des populations qu’elles voulaient librement exprimer leur mécontentement devant leur leader Ceci permet d’ailleurs de se demander si notre président de la République n’aurait alors pas enlevé à nos forces de l’ordres républicaine et à la garde présidentielle leur rôle de maintien de la sécurité et de le protéger.

Je ne m’explique pas qu’il peut être témoin d’actes aussi barbares et que des jours après, aucune sanction connue. Nous aimerions profiter de cette tribune pour dire et rappeler au Président Macky SALL que le malheur s’abattra toujours sur ceux qui bâillonnent le peuple, mais surtout, que la violence appelle la violence et le jour où les populations décideront de se faire justice elles-mêmes, nous (lui inclut) en subirons toutes les conséquences. Respecter l’esprit du 23 juin, c’est surtout :

– Restaurer l’Etat de droit – Rendre nos institutions fortes et indépendantes – Ne pas s’amuser de tenter une troisième candidature – Résolument travailler à un mieux-être des Sénégalais. Si les tenants du pouvoir n’ont pas compris cela, qu’ils ne soient alors pas surpris d’une prochaine expression populaire et malheureusement peut-être violente dans la rue.

En effet, le pouvoir appartient au peuple et vous, les gouvernants, n’en sont que délégataires.

Attention à ce que le peuple veuille récupérer de force ce qui lui revient. Dieu veille sur notre cher pays !

Serge Hope

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.