fbpx

Sénégal / Manifestations et présence de nervis : La société civile cherche le coupable

« Ce sont des personnes qui ne sont pas en tenue, des gros bras armés de gourdins, et d’une arme qui n’est pas conventionnelle en tout cas en terme de maintien de l’ordre dans notre pays », a déclaré le secrétaire général de la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO), nous rapporte la RFI.

Depuis le début des manifestations contre l’arrestation de Ousmane Sonko, des hommes masqués, gourdins à la main, sont remarqués, en tenue civile, dans la foule et derrière les véhicules de police. Des questions sont posées sur leur objectif et leur présence sur les lieux.
La société civile a démarré les procédures pour trouver une explication à leur présence et si l’État y est pour quelque chose, « Il nous faut encore mener des enquêtes pour savoir si ce sont des renforts recrutés par les forces de sécurité ou bien est-ce que ce sont les partis politiques, voire le parti au pouvoir, qui les ont recrutés ? ». De son côté, lors de sa déclaration, au début des manifestations, le ministre de l’intérieur Antoine Félix Diome a affirmé  » Moi, je ne connais pas de nervis. Je connais des forces de défense et de sécurité, a-t-il martelé. Et les forces de défense et de sécurité s’habillent aussi bien en tenue militaire ou policières qu’en tenue civile ».

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.