fbpx

RDC : au moins 131 civils tués à Kishishe et Bambo, selon une enquête préliminaire de la Monusco

RDC : au moins 131 civils tués à Kishishe et Bambo, selon une enquête préliminaire de la Monusco

Le gouvernement congolais avait évoqué lundi le chiffre de 272 personnes tuées le 29 novembre dans deux localités du Rutshuru, au Nord-Kivu, à l’est de la RDC, où le M23 mène depuis plusieurs mois une offensive.  

 

 

Selon les résultats d’une enquête préliminaire, le Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme (BCNUDH) ainsi que la Monusco ont recensé au moins 131 victimes civiles, parmi lesquelles 102 hommes, 17 femmes et douze enfants, tuées « au cours d’actes de représailles contre les populations civiles perpétrés les 29 et 30 novembre, à Kishishe et Bambo ».

 

 

Exécutions sommaires

L’ONU évoque des exécutions sommaires par balles ou à l’arme blanche. Le rapport fait aussi état de plus d’une vingtaine de viols sur des femmes, mais aussi des fillettes.

 

Les Nations unies expliquent enfin que la zone reste actuellement contrôlée par le M23 et que son équipe n’a pas pu se rendre directement sur les lieux. C’est dans une base de la Monusco, à une vingtaine de kilomètres de Kishishe, que le personnel onusien a pu interroger des rescapés, témoins directs des événements, selon le communiqué.

 

Un bilan qui pourrait évoluer

 

 

Les enquêteurs font part de leur souhait de se rendre dans les plus brefs délais sur la zone pour poursuivre les investigations et ils ajoutent que le bilan de l’enquête préliminaire pourrait encore évoluer. Lundi 5 décembre, les autorités congolaises avaient évoqué un bilan de 272 morts.

 

De son côté, le M23 a démenti les accusations du gouvernement et des Nations unies. La rébellion dit avoir demandé à ce que des enquêteurs viennent sur place « pour établir les faits ».

 

 

Avec RFI

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire