fbpx

RDC : Au moins 100 morts dans un naufrage à Basankusu, dans la province de l’Équateur

RDC : Au moins 100 morts dans un naufrage à Basankusu, dans la province de l’Équateur

En République démocratique du Congo (RDC), au moins une centaine de personnes sont portées disparues dans un naufrage d’un convoi de pirogues de fortune, dans la nuit de mardi à mercredi 18 janvier, dans la rivière Lulonga, un affluent du fleuve Congo, à plus de 200 km de la ville de Mbandaka, chef-lieu de la province de l’Équateur.

Le bilan de la société civile n’a pas encore été confirmé par les autorités. Elles assurent toutefois qu’il y a de nombreux disparus. Quatorze corps ont été repêchés des eaux et enterrés, selon le député Sam Bokolombe.

Des opérations de recherche sur le fleuve ont été lancées, vendredi 20 janvier, dans cette zone sans couverture téléphonique. Les autorités provinciales ont dépêché sur les lieux une délégation depuis trois jours. « Il y a maintenant sur terrain les équipes de la Croix-Rouge pour la recherche active des disparus, selon Didier Ibenge, le ministre provincial de la Santé. Nous avons aussi apporté des appuis en termes de vivres et de médicaments ».

Il était presque 1h du matin mercredi quand les pirogues ont chaviré à 30 km de Basankusu, raconte notre correspondant à Kinshasa, Pascal Mulegwa. Le convoi avait quitté le port avec des tonnes de marchandises, du bétail et des centaines de passagers, et a voulu naviguer hors contrôle, selon les autorités. La surcharge serait à l’origine du naufrage selon des témoins. Et le mauvais temps n’a pas aussi aidé.

Le député Sam Bokolombe n’est pas surpris par ce drame, car selon lui, ces pirogues sont des « cercueils flottants » et leurs passagers sans bouée de sauvetage, « des candidats à la mort ». « Ces gens ont embarqué sans manifeste et ils ont embarqué au port de Basankusu, ils sont encore embarqués à 38 km en aval, donc à Bokakata. Et on ne connaît pas le nombre des passagers. Il se pose un problème de secteur là ».

L’élu dénonce de graves manquements de gouvernance dans le secteur du transport fluvial, dans le pays, alors que les drames sont récurrents. Par manque d’infrastructures de base, la navigation reste le moyen de déplacement le plus utilisé par les populations dans cette province.

« Il faut que des dispositions concrètes soient prises pour ne pas permettre à ces embarcations de pouvoir voguer sur le fleuve. Mais ces gens qui y vont, ce n’est pas de gaité de cœur, c’est pour des raisons de survie. C’est un dilemme », a déclaré à RFI le député Sam Bokolombe, élu de Basankusu.

Avec RFI

Thierno Oumar Sow

Laisser un commentaire