fbpx

Deuil national au Burkina après l’attaque contre Seytenga qui a fait 79 morts

Deuil national au Burkina après l’attaque contre Seytenga qui a fait 79 morts

Le Burkina Faso a entamé mardi un deuil national de trois jours après l’attaque qui a fait au moins 79 morts à Seytenga (nord), selon un nouveau bilan, la tuerie la plus meurtrière depuis un an dans ce pays régulièrement frappé par les jihadistes depuis 2015. « Des hommes armés sont venus prendre des positions, encercler le village et tirer. Ils ouvraient même les portes des maisons pour rentrer et exécuter », explique Amadou, un rescapé réfugié à Dori, la grande ville proche de Seytenga.

À une cinquantaine de kilomètres de là, la ville de Dori continue de voir affluer les rescapés. Les rescapés arrivent à pied, à vélo, en charrette ou en tricycle. Sur place, certains peuvent compter sur l’appui de leurs proches. Mais les moyens de subsistance des habitants de Dori sont déjà limités. L’arrivée des rescapés ne fait qu’amplifier ce phénomène.

Depuis sa prise du pouvoir par un coup d’État le 24 janvier 2022, c’est la première fois que le président du Faso, le lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo Damiba décrète un deuil national, suite à une attaque terroriste. Selon le porte-parole du gouvernement, ce massacre à Seytenga, ressemble fort à des représailles contre ces populations.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.