fbpx

Trois opposants aguerris, un chef récalcitrant, le récit d’une journée agitée à Dakar après le procès renvoyé de Barthélémy Dias

Trois opposants aguerris, un chef récalcitrant, le récit d’une journée agitée à Dakar après le procès renvoyé de Barthélémy Dias

La ville de Dakar retient son souffle.

Sonko Barth Gakou, trois opposants austère tiennent tête un « maquis » récalcitrant dans une bataille pour la survie.

Barthélémy Dias –candidat à la mairie de Dakar aux élections locales de janvier-, Ousmane Sonko –leader du parti Pastef- et Malick Gakou, du Grand Parti, trois opposants ont été conduits au camp de police Abdou Diassé avant d’être libérés en fin de journée. Une journée mouvementée dans la capitale sénégalaise après que des affrontements ont été signalés dans certains quartiers de Dakar comme Médina et sur l’axe routier de la VDN où des pneus ont été brûlés.

Barthélémy Dias était convoqué ce matin au Palais de justice pour une audience en appel dans une affaire de meurtre qui remonte à 2011. Il dénonce un « complot politique » et avait lancé un appel à « envahir le tribunal ». Les trois opposants ont été libérés en fin de journée.

Au même moment, Barthélémy Dias, Ousmane Sonko, Malick Gakou et quelques uns de leurs sympathisants se sont mis en route vers le tribunal. Le chemin était truffé d’incidents entre militants et forces de l’ordre. Des gaz lacrymogènes sont tirés. Le convoi est arrêté plus d’une heure dans le quartier de la Médina. Et c’est alors que les opposants devaient faire demi-tour qu’ils ont été embarqués dans un fourgon de la police, direction le camp Abdou Diassé.

L’ancien maire de Dakar a donné les motivations de ce renvoi « L’audience a été renvoyée suite à l’initiative d’autres prévenus qui ne voulaient pas être jugés, à l’absence de leurs avocats », a fait savoir Khalifa Sall.

Le renvoi, selon plusieurs sources, a été sollicité par la partie civile, la famille de Ndiaga Diouf, pour défaut d’avocat.

Barthélémy Dias, maire de Mermoz-Sacré-Cœur, candidat de la coalition “Yewwi Askan Wi“ pour la mairie de Dakar aux prochaines élections locales, s’apprêtait à quitter son domicile pour se rendre au tribunal quand la nouvel du renvoi a été donnée par les médias. Il était accompagné du leader du parti “Pastef, les Patriotes“, Ousmane Sonko et du président du Grand parti, Malick Gackou.

Une affaire qui traîne depuis 10 ans

Barthélémy Dias doit encore faire face à la justice pour une affaire qui date d’il y a 10 ans. Ce jour, le 22 décembre 2011, en pleine période de tensions politiques nées de la volonté du président d’alors Abdoulaye Wade de briguer un troisième mandat, la mairie de Mermoz Sacré-Cœur a été attaquée par des nervis envoyés par le parti au pouvoir.

Dans les vidéos qui seront montrées, notamment sur plusieurs chaînes de télévision, on voit le maire de Mermoz Sacré-Cœur riposter en sortant son arme et en tirant. Une personne du nom de Ndiaga Diouf, faisant partie des nervis, sera mortellement atteinte. Elle décédera quelques minutes plus tard.

Devant cette situation, l’ensemble de la classe politique de l’opposition (aujourd ‘hui au pouvoir), de Macky Sall à feu Ousmane Tanor Dieng (défunt patron du Ps auquel Barthélémy Dias était membre) avait apporté soutien et assistance au maire de Mermoz-Sacré-Cœur.

L’enquête ouverte conduira Barthélémy Dias en détention provisoire jusqu’au lendemain de l’élection présidentielle de mars 2012 qui aboutira à la défaite d’Abdoulaye Wade et à la victoire au deuxième tour du président Macky Sall.

C’est alors, depuis la prison de Rebeuss, que Barthélémy Dias sera investi sur les listes de Benno Bokk Yaakar, la nouvelle coalition au pouvoir, pour les élections législatives de 2012. Élu député, il sortira de prison pour siéger à l’Assemblée nationale.

Condamnation en 2017

Barthélémy Dias verra le dossier Ndiaga Diouf sortir de nouveau de sa tombe du jour au lendemain dès lors qu’il a commencé à théoriser, à partir de 2016, une candidature socialiste à la présidentielle de 2019 contre Macky Sall.

Le 16 février 2017, Barthélémy Dias est condamné à deux ans de prison dont six mois ferme. La condamnation à six mois de prison ferme a été couverte par sa détention préventive en 2012.

Mais, le verdict ne satisfait pas Barthélémy Dias, encore moins le parquet. Les deux parties vont le contester en interjetant appel. Depuis lors, le procès en appel est constamment renvoyé. Le dernier renvoi est celui de ce matin.

Barthélémy Dias avait prévenu, lundi 8 novembre, qu’en cas de nouveau renvoi du procès, il ne répondrait pas à une autre convocation parce qu’il sera en campagne électorale pour briguer le suffrage des Dakarois pour la mairie de Dakar.

Barthélémy Dias, Ousmane Sonko et Malick Gackou ont été isolés et bloqués dans un immeuble à la Médina par les forces de l’ordre.

L’autre opposition Khalifa Sall a annoncé dans l’après-midi que Sonko, Barthélémy Dias et Malick Gackou ont reçu « notification de leur arrestation ». Ce, dit-il, après avoir reçu la promesse qu’ils seraient libérés et qu’ils allaient rejoindre les autres leaders à la conférence de presse.

Une source policière autorisée a indiqué à Libération online que le trio « était retenu » et que pour le moment Sonko, Gackou et Barthélémy Dias « échangent avec leurs avocats ».

Le véhicule de la BIP a foncé sur les manifestants. L’un d’entre eux (une fille) a été heurté violemment selon les informations reçues par nos confrères de PressAfrik. Les militants de l’opposition ont jeté des pierres sur le véhicule de cette brigade spéciale.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.