fbpx

Tabaski 2021 : la grande majorité a célébré ce mercredi l’Aïd-el-kébir

Tabaski 2021 : la grande majorité a célébré ce mercredi l’Aïd-el-kébir

La communauté musulmane sénégalaise, dans sa grande majorité, a célébré ce mercredi l’Aïd-el-kébir, une des principales fêtes musulmanes, également appelée Tabaski au Sénégal et dans certains pays africains.

A l’appel de la coordination des musulmans sénégalais, une partie des fidèles avait commémoré cette fête mardi, en même temps que d’autres pays ouest africains comme le Mali et la Côte d’Ivoire.

La Tabaski, édition 2021, coïncide au Sénégal avec une recrudescence des nombres de cas de contaminations au coronavirus, qui fait craindre pour la sécurité des citoyens.

Si aucune mesure interdisant les prières collectives n’a été prise par les autorités, ces dernières ont déconseillé les rassemblements humains et recommandé la limitation des déplacements.

Beaucoup de mosquée sont restées donc fermées et ont invité les fidèles à prier à domicile, à l’image de la mosquée omarienne sur la corniche ouest dakaroise et de la grande mosquée de Dakar, où il est tradition que le chef de l’Etat assiste à la prière collective des deux « rakaas ».

« Tant que la Covid-19 sera au Sénégal, la grande mosquée restera fermée », a assuré l’imam de la grande mosquée de Dakar, Alioune Moussa Samb, dont les propos sont repris par plusieurs médias sénégalais.

La mosquée massalikoul djinane en revanche a décidé de maintenir la prière collective de l’Aïd-el-kébir, dans le respect des gestes-barrières, précisent les autorités de cet édifice religieux dédié à la communauté mouride, l’une des principales confréries musulmanes sénégalaises.

L’Aïd el-kébir ou Aïd al-Adha consiste en une prière collective et au sacrifice d’un mouton, ce qui fait qu’elle est également appelée « fête du mouton ».

L’Aïd-el-kébir commémore, selon la tradition musulmane, le sacrifice du patriarche Abraham, lorsque Dieu lui ordonna en songe d’immoler son fils Ismaël, finalement remplacé par le sacrifice d’un bélier.

Une façon pour Dieu d’éprouver la foi de l’ancêtre commun aux trois religions monothéistes.

Cette fête réunit les familles, en un moment important de partage et de convivialité.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.