fbpx

Ousmane Sonko : « 80% des Sénégalais ont tourné le dos à Macky, il faut le matérialiser aux locales »

Ousmane Sonko : « 80% des Sénégalais ont tourné le dos à Macky, il faut le matérialiser aux locales »

La pandémie ne doit pas être un frein aux jeunes pour aller s’inscrire sur les listes électorales en vue de participer aux prochaines élections électorales. C’est le sens du message du leader du PASTEF qui a fait une déclaration ce vendredi 6 août.

Le député, qui estime qu’au moins « 80% des Sénégalais ont tourné le dos à Macky SALL », invite les jeunes à aller au-delà de l’indignation en ne ménageant aucun effort pour s’acquitter de leur devoir citoyen.

Pour Ousmane SONKO, le changement que le peuple sénégalais souhaite ne peut être acquis qu’à travers les urnes. Et pour ce faire, il faut, dit-il, dès à présent aller s’inscrire sur listes électorales. « Le changement, ce n’est pas en 2024. C’est maintenant que cela commence. Aujourd’hui c’est le 6 aout, cela veut dire que depuis six jours, les inscriptions sur les listes électorales sont ouvertes. Si vous voulez participer à ce changement, c’est maintenant qu’il faut aller s’inscrire », encourage-t-il.

Selon le leader du PASTEF, les élections locales à venir constituent un très bon baromètre. Pour lui, si Macky SALL est battu à plate-couture, il ne peut s’engager dans une course pour un troisième mandat. C’est la même chose, estime-t-il, pour les élections législatives. Selon lui, si Benno Bokk Yaakaar perd ces joutes électorales, l’opposition tiendrait l’Assemblée nationale et Macky SALL n‘aurait d’autre choix que de respecter la volonté populaire. Mais, le préalable, insiste-t-il, c’est aller s’inscrire sur les listes électorales. Pour les jeunes qui n’ont pas encore de pièce d’identité, Ousmane SONKO les encourage à faire les démarches.

Poursuivant, le député interpelle la Direction de l’automatisation Des Fichiers (DAF) qui, selon lui, avait assuré, au cours du dialogue politique, que les cartes d’identité nationale pourraient être confectionnées en cinq jours. Pour lui, cet engagement doit être matérialisé afin de permettre aux jeunes d’obtenir leur pièce. Ce serait inacceptable, affirme-t-il, que des jeunes ne puissent pas s’acquitter de leur devoir citoyen du fait de l’administration.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.