fbpx

Éducation : Déclaration du SAES sur « l’affaire IFE »

Éducation : Déclaration du SAES sur « l’affaire IFE »

Devant la vague de désinformation et de manipulation créée par un groupuscule d’enseignants à l’Institut de Français pour les Étudiants étrangers (IFE) et entretenue par le SUDES, la coordination SAES de Dakar se voit dans l’obligation de rétablir la matérialité des faits.

Passion contestataire et obsession de diriger l’IFE

En 2012 déjà, un des enseignants de ce groupuscule avait initié une pétition pour demander désespérément le départ du Directeur de l’IFE en son temps, qui avait servi l’institution avec loyauté et dévouement pendant plusieurs années.

Le 24 novembre 2020, le même enseignant de l’IFE se fend à nouveau d’une pétition pour exiger le départ du Directeur sortant alors qu’il était à 3 mois de la retraite. Les enseignants de l’IFE n’ont pas donné de suite à la pétition, jugeant la démarche cavalière et inélégante surtout à l’endroit d’un collègue qui non seulement a enseigné à l’IFE, mais l’a dirigé pendant plus de 5 ans.

En février 2021, le même collègue adresse une lettre de « candidature spontanée » (selon ses propres termes) au Recteur Ahmadou Aly Mbaye pour lui demander de le nommer au poste de Directeur de l’IFE. Sous ce rapport, toute tentative de contester aujourd’hui ce pouvoir de nomination que les textes confèrent au Recteur relève purement de la mauvaise foi.

De tels agissements prouvent que le collègue en question est un adepte de la contestation qui cherche par tous les moyens, avec le soutien de ses 3 affidés, à diriger l’IFE.

Légalité des actes du Recteur

            L’arrêté de nomination d’un Directeur intérimaire à l’IFE pris par le Recteur Ahmadou Aly Mbaye est tout à fait légal et conforme aux textes de gouvernance de l’UCAD, notamment l’article 6 de l’arrêté rectoral n° 1269 UCAD/REC/Cab.IT/psg du 23 avril 2019 validé par l’Assemblée de l’Université, signé par l’ancien Recteur Ibrahima Thioub et repris dans les nouveaux textes : « l’assesseur et le directeur des études suppléent les chefs d’établissement en cas d’absence ou d’empêchement et assurent l’intérim en cas de décès, démission, admission à la retraite, suspension et révocation ». L’actuel Directeur intérimaire étant Directeur des études au moment du départ à la retraite de son prédécesseur, le Recteur est fondé à le nommer intérimaire. C’est au contraire en accédant à la requête du « candidat spontané » à l’intérimat qu’on aurait pu lui faire des reproches.

            À ce sujet, les collègues récalcitrants de l’IFE et le SUDES qui leur sert de parapluie doivent savoir qu’un Directeur intérimaire n’est pas élu mais nommé et que ce dernier pouvoir est strictement dévolu au Recteur sous la tutelle institutionnelle de qui sont placés tous les instituts d’université dont il est le Président du Conseil d’administration. L’IFE étant un institut d’université, il ne peut pas se soustraire aux dispositions règlementaires et académiques de l’UCAD. Toutefois les instances délibérantes peuvent toujours se réunir pour entériner les décisions.

 Rétention des copies des étudiants, blocage des délibérations du 2nd semestre et des tests d’entrée, manière forte

Les collègues frondeurs de l’IFE doivent plutôt dire à l’opinion qu’après avoir déféré à la convocation de l’actuelle direction qu’ils récusent, contre la logique de boycott tous azimuts initialement empruntée, ils ont confisqué illégalement les copies des étudiants qui attendent jusqu’à présent leurs résultats des examens du 2nd semestre pour continuer leur parcours de formation dans les facultés et autres établissements de l’UCAD. Qui plus est, ils se sont opposés physiquement à la tenue des tests d’entrée des nouveaux arrivants qui était prévue ce lundi 8 novembre 2021. De telles pratiques, indignes d’un Enseignant-chercheur, sont à bannir à l’intérieur de l’espace universitaire régi par la lumière du savoir et non par les ténèbres de la manière forte.

Désinformations et dénonciations calomnieuses

Dans la lettre ouverte qu’il a publiée ce lundi 8 novembre 2021, le groupe des 4 signataires verse dans le registre d’allégations fausses à l’endroit du Directeur des études. À ce propos, la coordination SAES de Dakar rappelle qu’une commission d’enquête avait été mise en place par le Recteur pour faire la lumière sur cette question après son interpellation par le coordonnateur du campus SUDES de Dakar dans une lettre qu’il lui avait adressée et dont le Directeur intérimaire de l’IFE qu’ils contestent était curieusement ampliataire : une autre contradiction. Le rapport ressorti de l’interrogatoire de tous les témoins ne fait mention d’aucune forme de « voie de fait ».

1er revers judiciaire

            Avec une intention manifeste de nuire, un des enseignants de ce groupuscule a porté plainte contre le Directeur intérimaire pour « usurpation de fonction » (de Directeur de l’IFE) et de grade (enseignant de rang A). C’est le lieu de dire que ce dernier est bien de rang magistral et qu’il dispose de son décret de nomination dans le corps des Professeurs assimilés, à compter du 1er octobre 2020. Avec l’existence de telles preuves factuelles auxquelles s’ajoute la légalité de l’arrêté de nomination du Directeur intérimaire, sa plainte ne pouvait connaître un autre sort que le classement sans suite. Là encore, le collègue plaignant s’est trompé de cible : à supposer qu’il y ait usurpation, l’initiative d’ester doit provenir de la personne morale de l’UCAD, le Recteur en l’occurrence, et non pas de lui qui n’est ni de prés ni de loin lié à la fonction.

Recommandations au Recteur

            Au regard de la gravité des actes posés par ces fauteurs de trouble (rétention illégale des copies d’examen, sabotage des tests d’entrée, blocage des accès et issues de secours de l’IFE pour empêcher les étudiants d’accéder aux salles de cours, confiscation des clés de la salle 2 illégalement fermée avec un autre cadenas, etc.), la coordination SAES de l’UCAD invite le Recteur à en tirer toutes les conséquences.

 Par ailleurs, le SAES apporte son soutien à la direction intérimaire de l’IFE, aux collègues qui continuent d’assurer le fonctionnement de l’institut et à l’ensemble du PATS resté solidaire de l’administration. Au demeurant, le SAES réaffirme que les actes de nomination pris par le Recteur ne souffrent d’aucune illégalité.

Gallaye Camara

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.