fbpx

Dr Babacar Niang (Suma Assistance) : « du matériel du public est vendu aux structures sanitaires du privé »

Dr Babacar Niang (Suma Assistance) : « du matériel du public est vendu aux structures sanitaires du privé »

Invité devant le Jury du dimanche (JDD), ce 1 août sur Iradio, le Médecin-Chef de Suma Assistance et membre de l’Ordre des médecins a fait de graves révélations sur les Centres de traitement des épidémies (CTE).

À l’en croire, du matériel du public est vendu aux structures sanitaires du privé.

« La maison de Serigne Mboup (CCBM), et d’autres revendeurs qui ont pignon sur rue, te sortent tout le matériel que tu veux. Ce n’est pas normal. Tout ministre de la Santé qui vient, la première recommandation qu’on lui fait, c’est de ne pas soulever ce lièvre. On achète par des revendeurs qui sont agréés. Il y a d’autres même qu’on voit, c’est des bricoleurs. Même eux, ils ont le formulaire. (Pour) les gants de protection, actuellement, si vous ne mettez pas 7 000 F CFA, vous n’avez pas une paire. »

«On a même été éloigné. Derrière l’argent, le diable se réveille. Quand cela ne va pas maintenant, on nous dit de venir nous regrouper et qu’on allait nous aider. Mais nous, on n’a pas besoin d’aide ; c’est la population sénégalaise qui en a besoin. Je vous dis qu’il y a des malades qui payaient 900 000 F CFA d’oxygène, pendant leur hospitalisation», a déclaré le médecin-chef à Samu-Assistance.

Avant de révéler : «Quand j’ai proposé que l’oxygène soit subventionné par l’État, on m’a dit :  »Tu es privé ; tais-toi. On n’a pas à te donner de l’oxygène pour tes malades. »

Très en verve, le spécialiste des urgences médicales a laissé entendre : «C’est là aussi que je leur ai fait savoir que s’ils baissent (le prix de) l’oxygène, je baisse la facturation. Pendant ce temps-là, vous entendez ce qui se passe actuellement, parce qu’il y a un gros débat entre le professeur Moussa Seydi et les organisations, puisqu’on dit que l’oxygène est en tension.»

« On est les plus grands perdants, nous qui sommes installés que dans le privé. Puisque déjà, ils recrutent à l’hôpital. ’’Je dois vous opérer, je n’ai pas le temps à l’hôpital, venez avec moi dans ma structure’’. C’est des choses qui ont été anormales pendant longtemps. Au ministère de la Santé, quand vous commencez à travailler là-bas, il y a une caisse, et vous recevez votre part tous les mois. Ça part de là-bas : on te fait une commande de deux milliards F CFA, tu amènes 100 appareils, on t’en prend dix, on te rend les 90, poursuit-il avant de s’interroger Qu’est-ce que vous allez faire de ces 90 appareils ? »

S’agissant des médecins officiant dans le public et dans le privé, il a reconnu que « c’est encadré légalement. Parce qu’une loi leur permet, à partir de 16 heures, de faire la médecine privée. » Mais « dans les faits, il y a des abus, a-t-il relevé pour s’en désoler. Car, « il y a des publics qui font même leur privé dans l’hôpital. Nos amis Français ou Burkinabés, quand ils viennent au Sénégal, c’est tout un tas d’histoires. ’’Professeur, on m’a soigné dans un hôpital, je ne vous paie pas’’. Mais le Sénégalais, lui, il est habitué. Il a toujours l’argent pour le payer », a-t-il appuyé.

Il a préconisé la création d’un cadre indépendant, d’un plateau scientifique de gens qui n’ont peur de rien, et qui donnent des analyses, à côté du Comité national de gestion des épidémies (CNGE), « pour donner les bonnes informations à nos autorités ».

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.