fbpx

Disparition de deux soldats : l’ancienne ministre Assome Diatta met la pression sur les autorités étatiques

Disparition de deux soldats : l’ancienne ministre Assome Diatta met la pression sur les autorités étatiques

L’ancienne ministre du Commerce et militante du parti au pouvoir, Aminata Assome Diatta s’est exprimée à travers un long texte, sur la disparition des deux soldats Fulbert Sambou (enterré ce mardi) et Didier Badji (toujours introuvable). Elle a émis de gros doutes sur la version avancée par les officiels concernant la disparition des deux agents de l’Etat.

« À Lomé où je me trouvais il y a quelques jours, j’ai appris avec beaucoup d’inquiétude la disparition de messieurs Fulbert Sambou et Gilbert Badji. Mon inquiétude est d’autant plus grande que la profession des disparus (gendarme et militaire) dont la mission est de protéger leur pays et leurs concitoyens, installe un doute profond dans les esprits. En effet, ils sont formés pour débusquer les malfaiteurs et déjouer leurs pièges », a-t-elle écrit.

Avant de poursuivre : « Aujourd’hui, chaque citoyen sénégalais doit craindre pour sa propre sécurité si, même les personnes formées pour nous protéger, peuvent disparaître ou mourir du jour au lendemain, dans des circonstances rocambolesques ».

Aminata Assom Diatta n’est pas d’avis que l’autopsie était impossible à faire. « Je demande à l’Etat du Sénégal, particulièrement aux autorités compétentes, de prendre toutes les dispositions utiles pour que la vérité éclate. La science a suffisamment évolué pour que l’état des corps ne soit pas un frein à la réalisation d’une autopsie. Le Sénégal le vaut bien. La stabilité du Sénégal le vaut bien », a-t-elle affirmé.

Elle a ensuite demandé à l’Etat de faire la lumière sur cette tragédie et au besoin de punir les coupables. « S’il y a des individus derrière ces disparitions, leur motivation ne peut être que de déstabiliser notre pays. Ces disparitions, ajoutées à tant d’autres choses inquiétantes, sont à l’origine de bien des supputations. Le Sénégal est un et indivisible. Toute personne mêlée à cette affaire doit être démasquée ainsi que ses complices. Une punition très sévère permettrait à tous de réfléchir à deux fois avant d’agir », dit-elle.

L’ancienne ministre demande « au Président de la République, Son Excellence Macky Sall, mais également à tous les citoyens, tous les acteurs politiques de s’investir, la main dans la main, pour que la vérité éclate. Au moment où le combat pour la paix en Casamance est sur le point d’être définitivement gagné, nous devons tuer dans l’œuf toute tentative malsaine. Nous sommes tous concernés. Rappelons-nous encore le conte « Il n’y a pas de petite querelle ». La paix n’a pas de prix!!! ».

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire