fbpx

Décision du conseil constitutionnel : AAR SÉNÉGAL dénonce un complot

Décision du conseil constitutionnel : AAR SÉNÉGAL dénonce un complot

« AAR Sénégal prend acte des décisions prises par le Conseil constitutionnel et rendues publiques ce mardi 24 mai 2022 en vertu de l’article LO 184 du code électoral. Les décisions n°1 et n°8 du Conseil constitutionnel (curieusement datées du 21 mai mais seulement rendues publiques ce 24) balisent la voie au « Baara yëgoo » (Ndlr : Arrangement) évoqué lors de notre conférence de presse du 22 mai 2022.

Il y a aujourd’hui un malaise dans la démocratie et des signes profonds de l’effondrement de l’État de droit quand des soi-disant avocats de la libre participation aux élections n’avaient pas réagi contre le rejet de beaucoup de listes par le filtre illégal du parrainage mais évoquent la paix sociale pour justifier la réintroduction de ce que la loi électorale en ses articles L149, L178 et L179 rejette formellement.

Le ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Diome, en vertu de l’article L179 dernier alinéa a démissionné de son rôle de contrôle de la régularité des listes en ce qui concerne le cas de Bby, une attitude partisane rompant le principe d’égalité devant la loi, a eu pour conséquence de dépasser le délai des deux (2) premiers jours suivant le début de l’analyse pour la recevabilité juridique devant permettre de notifier à ladite coalition l’irrecevabilité manifeste de sa liste proportionnelle en vertu des dispositions pertinentes des articles L179 et L178 al 2 du code électoral.

De même, le ministre de l’Intérieur s’est gardé de notifier à la coalition Yaw la présence d’un doublon dans sa liste nationale. Pour mémoire, l’existence de ce doublon a été rendue publique par les responsables de cette coalition ».

AAR Sénégal

Gallaye Camara

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.