fbpx

Confiscation des passeports des étudiants par l’ambassade de France : Frapp au chevet des victimes et prévoit un sit-in ce jeudi

Confiscation des passeports des étudiants par l’ambassade de France : Frapp au chevet des victimes et prévoit un sit-in ce jeudi

Le mouvement front pour une révolution anti-impérialiste panafricaine et populaire (Frapp) en conférence de presse hier, a exigé de l’ambassade de France la restitution sans délai aux candidats au visa malheureux leur passeport.

Frapp continue toujours sa lutte contre l’impérialisme français. Le mouvement front pour une révolution anti-impérialiste panafricaine et populaire (Frapp) dénonce la politique de délivrance de visas de l’ambassade de France au Sénégal. Par la voix de son porte-parole, Aliou Gérard Koïta, Frapp exige la restitution sans délai aux candidats au visa malheureux de leur passeport, ainsi que la restitution de l’argent aux demandeurs de visa n’ayant pas obtenu le fameux sésame. Lors de la conférence de presse d’hier, le mouvement a annoncé la tenue d’un sit-in devant l’Ambassade de France, ce jeudi 13 octobre à 10h. Frapp indique avoir déposé, vendredi dernier, sur la table du préfet de Dakar une lettre l’informant de la manifestation à venir.

En effet, il est exigé aux candidats au voyage de verser, pour les demandes de frais pour la prise de rendez-vous, un montant de 18 500 FCFA, en plus de 750 FCFA pour le sms informant le candidat de la disponibilité au niveau du VFS Global. A cela s’ajoutent les frais de livraison obligatoire s’élevant à 11 000 FCFA pour Dakar et 22 000 FCFA hors de la capitale.

C’est pourquoi, Frapp exige la transparence de l’ambassade, en informant les candidats mis sur liste rouge ou n’ayant aucune chance d’obtenir le visa, au lieu de prendre leur argent tout en sachant qu’ils ne sont pas éligibles.

Dans la même logique, le mouvement exige également l’institution du visa pour les ressortissants de tous les pays qui demandent le visa aux Sénégalais. Selon le secrétaire exécutif de Frapp, Aliou Gérard Koïta, l’ambassade de France arnaque, extorque de plus de 30 000 personnes par an au Sénégal. Ainsi, il ajoute qu’il vole, humilie, confisque pendant des mois les passeports des Africains, en lieu et place des trois semaines de traitement. Et malheureusement encore, regrettent-il, tout cela se passe avec la complicité du gouvernement du Sénégal.

Ainsi, Frapp encourage la libération de la parole des victimes de la mafia des visas de l’ambassade de France au Sénégal.

Présente à la rencontre, la représentante des étudiants victimes de la confiscation de passeport par l’ambassade de France, Daba Guèye, a soutenu qu’ils vivent un calvaire. Car, explique-elle, les candidats au visa paient 75 000 F CFA de frais de dossier pour campus France. Ainsi, elle indique qu’il y a une injustice sur le traitement des dossiers. En effet, certains étudiants ont déposé leurs dossiers et, en deux semaines, ils ont déjà leur visa, tandis que, d’autres ont déposé, depuis presque deux mois et jusqu’à présent, ils n’ont même pas reçu leur passeport.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire