fbpx

Chronique | Gloire et Pouvoir : Passons par une vie Do Ré

Chronique | Gloire et Pouvoir : Passons par une vie Do Ré

La barre ne fut pas à leur portée. Les notes et le son ne furent pas si Do Ré. Ils sont au Sol et détruisent toute une Fa Mi. Était-ce le seul but de percer dans cette industrie ? Leur père c’est le succès dans ce jeu. Il les a trahis. Ils sont arrivés à La où la Si n’est plus reine pour eux. Ce n’est plus si doux car le Do rond s’impose dans cette situation. Quelle jeunesse nous définit ? Dans quel jeu naisse nos désirs de participer à des carrières finies ? Servir sa population ou sévir sa popularité ?

Des manigances qui poussent aux médisances, avoir les étoiles pleines la tête pour finir avec une tête sur une plaine de peines. C’est une bête déchaînée ? L’environnement n’a-t-il pas assez défini son homme ? La définition ne convenait-il pas à ce dernier ? Parfois, la définition rate son sens et la finition nous mène dans une danse qui prend date et qui reste. La perte s’annonce et toute ta communauté déserte les lieux. Peut-on parler de perte de repères, si dès la tendresse de ta jeunesse tu es appelé à tenir la boussole. Ça rigole au début mais ça mène tout droit vers des rôles où la tôle est en actrice principale. La faute à qui ? La note acquise salée qu’elle soit, avait un semblant de goût sucré au début où on pensait atteindre le bout du but. Des enfants qui dirigent ceux qui sont censés les diriger et les ériger en dirigeants responsables, capables d’éviter des litiges de ce genre.

Impossible à digérer, la pilule viole le passage vers l’artère de la compréhension. Notre société est dans des tensions dérisoires. Elle est prise en détention par des jeunes sortis dans des « Galle » où ils ne sont pas traités comme des petits. L’appétit vient en mangeant, ils ont vraiment compris la leçon. Sans oublier d’ajouter que l’embonpoint nous mène à point dénommé. Non mais on abuse ! Partout et pour tout, ça fuse des « l’enfant doit s’épanouir », jusqu’à s’évanouir non je ne pense pas. Jusqu’à nuire, non là pas du tout.

Mais possible de s’enfiler dans la toile de la dégringolade, dans la rigolade de ses loups affamés si la famille ne joue pas son rôle. Si c’est avec et dans la famille qu’on enrôle ses drôles de cons bas que dire. Pire que ça, peut-on en trouver ? Le trou de la dépravation s’enfonce davantage. On fonce droit vers le mur. Des verts et des pas mûrs nous en faisons des cas. Alors que les K de nos Cultures et de nos Comportements sont en tessons depuis un temps. Il est encore temps de faire volte-face et de nous regarder en face pour décider de la société que nous voulons. Est-ce celle où l’enfant est l’aîné du jeu ? Celle où l’aîné se joue de l’enfant ? Où celle où l’enfant et l’aîné forment un Je ? Apprenons à marcher sans ABC la tête.
Les dés sont jetés…

Gallaye Camara

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.