fbpx

Affaire Amy Ndiaye Gniby : La réplique des femmes de Yewwi Askan Wii 

Affaire Amy Ndiaye Gniby : La réplique des femmes de Yewwi Askan Wii 

« Nous refusons l’instrumentation des femmes à l’Assemblée nationale », a déclaré Maimouna Bousso présidente des femmes de la Coalition Yewwi Askan Wi (Yaw) lors de leur rencontre avec les journalistes ce vendredi au siège du parti républicain pour le progrès (PRP).

 

 

« Ils sont été surpris par le niveau qu’a montré la liste des suppléants de Yewwi Askan Wii » répliquent les femmes de la coalition de Yewwi Askan Wii à celles de Benno Bokk Yakaar (BBY), qui ont fini de lancer un plan d’action, dont des plaintes collectives, en soutien à leur camarade Amy Ndiaye député-maire de Gniby, qui a été giflée et a reçu un coup de pied au ventre, lors du vote du Budget du ministre de la Justice, Ismaïla Madior Fall, jeudi, après ses propos jugés irrespectueux contre Serigne Moustapha Sy, président d’honneur du Pur et guide religieux.

 

 

 

Ces femmes disent de ne pas cautionner la violence à l’Assemblée, mais elles ajoutent aussi qu’  » il faut parler des violences verbales à l’Assemblée nationale ».

 

Avant de s’empresser d’ajouter qu’elles « refusent l’instrumentalisation de cette affaire » hors du champ politique. Car, défendent-elles, « des violences verbales ont conduit à cette situation-là. »

 

« Nous assistons depuis plusieurs mois à des dérives de langage, de procédure, s’est offusquée leur porte-parole, Maïmouna Bousso, mandatée par les leaders de Yaw, en l’absence d’Aïda Mbodj, hors du pays. Hier (ndlr : jeudi), il y a eu un incident malheureux, qui s’est déroulé au sein de l’Assemblée nationale. Un incident que nous toutes, ici, nous regrettons et déplorons. Nous disons qu’il n’est pas question pour les leaders de (Yaw), que je représente ici, de cautionner ou de valider toute sorte de violence d’où qu’elle provienne. »

Par conséquent, « cette violence est à condamner que cela soit la violence physique, la violence de procédure, les violences verbales, qui ont conduit à cette situation-là », a-t-elle enchaîné.

 

En outre, Maïmouna Bousso, entourée des députés-femmes de Yaw, a souligné que « depuis le début de cette législature, nos députés nous rendent compte des brimades, des menaces, des persécutions qu’ils vivent au sein de l’hémicycle. Nous pensons que l’Assemblée nationale n’est pas un lieu de gladiateurs, où les gens doivent bander les muscles mais plutôt (y) rivaliser d’intelligence et de savoir. Nous voyons la dégradation de cette Assemblée nationale. Ce n’est que la volonté du régime en place. Nos députés se voient attaqués, ils sont insultés et provoqués. » Elle ajoute que « la provocation est allée trop loin », évoquant l’affaire Amy Ndiaye.

 

Elles estiment que cette dernière « a été instrumentalisée pour toucher la religion » alors que « nous savons que le Sénégal est un pays spécial dans le sens où nous sommes un pays laïc » mais « qui respecte ses guides religieux. » « Nous n’accepterons pas qu’on dénigre nos croyances », ont-elles conclu.

 

 

« On a lutté pour avoir la parité montrons aux hommes qu’on a de la matière a proposé ;  mettrons en avant ces idées », a lancé Sokhna Ba.

 

Oulimata Guiro, la députée de la diaspora, elle explique que ce n’est pas une question de dualité entre hommes et femmes mais plutôt une affaire de parlementaire.

 

 

« Serigne Moustapha Sy n’est pas n’importe qui. On pouvait réglé le problème nous-mêmes mais nous avons une bonne éducation et Serigne Moustapha lui même aurait refusé qu’on utiliserait la force pour répliquer », explique t-elle.

 

 

 

Elle a aussi pointé un du doigt ceux qui parlaient de violence à l’Assemblée alors qu’ils se sont tus lorsque Mame Diarra femme avait été agressée.

 

 

« Ceux qui parlent de violence Fatoumata Ba à pikine a été égorgée, Mame Diarra Fam a été frappée par une chaise, Aïda Mbodj humiliéee ou bien elles ne sont pas des femmes ? Où étiez-vous lorsque ces femmes subissaient des violences physiques et verbales ? » S’interroge t-elle avant d’éclaircir que  : Si c’était moi qui avait fait ce que Amy Gniby a fait Serigne Moustapha Sy allait me retirer de l’Assemblée nationale ».

 

 

 

« Le président doit revoir son entourage si j’avais présidé l’assemblée cette embrouille n’aurai pas lieu à l’Assemblée cette embrouille n’aurai pas lieu »

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire