fbpx

Bouna Sarr, un choix sinueux qui fait grincer les dents

Bouna Sarr, un choix sinueux qui fait grincer les dents

Né à Lyon, de mère guinéenne et de père sénégalais, l’ancien Messin Bouna Sarr a reçu et (aurait) accepté sa convocation pour jouer avec l’équipe nationale du Sénégal selon plusieurs médias sénégalais . Pendant des années, il a refusé les appels de la Guinée et des Lions, attendant celui de la France avant de faire un choix que beaucoup de supporters estiment « par défaut ».

L’information a été relayée ce jeudi dernier par la presse sénégalaise et a évidemment fait couler beaucoup d’encre dans le pays de la Téranga . Bouna Sarr, après avoir fait l’objet de courtises incessantes de la part de la Fédération Guinéenne de Football , et espéré un temps par la France et Didier Deschamps , va porter selon toute vraisemblance le maillot du Sénégal. L’actuel latéral droit du Bayern Munich aurait reçu sa convocation pour les matches contre la Namibie en octobre comptant pour les 3e et 4e journées des éliminatoires de la Coupe du monde 2002.

Désormais agé de 29 ans, le natif de Lyon s’est enfin décidé à entamer une carrière internationale plus de six ans après le premier appel de la Guinée qui voulait lui offrir sa première cape. La trajectoire du choix ultime de Bouna Sarr illustre ainsi le cheminement parfois compliqué des binationaux – voire trinationaux – dans leur option de carrière en sélection, partagé entre l’intérêt sportif et financier et l’amour ou la reconnaissance du pays d’origine. C’est tout sauf un long fleuve tranquille. Dans le cas de Bouna Sarr, le choix a été long à se dessiner, et ses atermoiements autant que ses volte-faces ont eu le temps d’écorner son image auprès des supporters.

La Guinée fut la première à se montrer auprès du joueur formé à Metz. À l’époque, Antonio Souaré, président du club de football du Horoya et patron de la Fédération guinéenne de football, ami du père de Bouna Sarr, se le jouait les recruteurs. Le footballeur ne reste pas insensible aux sollicitations du pays de sa mère et se fait même établir un passeport guinéen avant de refuser de participer à la CAN 2015 avec le Syli. Moins de six mois après, le Franco-Sénégalo-Guinéen atterrit à l’Olympique de Marseille et change complètement de dimension.

Les cas Mbaye Niang et Nampalys Mendy, symbole d’un possible pardon ?

La Guinée continue son travail de reconstruction et de sape, de son côté, le Sénégal tente sa chance et espère que la perspective de la Coupe du monde 2018 va convaincre Sarr. Finalement , le polyvalent footballeur décline de nouveau les avances du président Augustin Senghor et de son staff. Pis encore le Lyonnais de naissance affirme et clame plus tard son désir de jouer avec les Bleus. « J’ai pris une décision ferme : j’aimerais jouer pour l’équipe de France. C’est clair. Il y aura des déçus du côté du continent africain mais j’assume mes choix, et je n’ai pas peur de le dire. » Une sortie qui lui revient en pleine face aujourd’hui en optant pour le Sénégal et au moment où le train des Bleus, passé près en novembre 2020, s’est éloigné (presque) définitivement. Ces mots ont malencontreusement un effet boomerang sur son avenir avec les Lions vis-à-vis des supporters. 

À l’heure de revêtir le maillot des Lions, Bouna Sarr se sait attendu par les millions de fans  sénégalais, dont certains ont déjà commencé à contester son arrivée, plus par devoir de mémoire que par intérêt sportif au moment où le côté droit de la défense de l’équipe d’Aliou Cissé manque de joueurs. Quoique l’on puisse dire, Sarr est une bonne pioche pour le sélectionneur qui est en recherche d’un joueur référence dans ce poste depuis des années. Et la récente longue absence de Sabaly (qui était plus utilisé sur le côté gauche même si depuis les arrivées de Ballo-Touré et Abdou Diallo, son avenir se dessinait sur le côté opposé) n’arrange pas vraiment les choses . D’où la nécessité de faire appel à un joueur qui joue dans un top club européen et qui est capable de tenir la baraque bien que le joueur du Bayern Munich ne joue pas tous les week-ends. Néanmoins, son expérience et son talent (lui qui était un milieu offensif de métier) seront un surplus dans un effectif déjà de qualité coaché par Aliou Cissé.

L’ancien Marseillais pourra d’ailleurs toujours se dire que dans un passé très récent, Mbaye Niang ou Nampalys Mendy ont également vécu la même histoire du « non, j’attends la France » avant de dire « oui » au Sénégal. Même Pape Cheikh Diop, pourtant né au Sénégal, s’était mis dans ce poker-menteur. Ce qui lui a valu une valse de critiques et d’attaques et qui a compromis clairement son avenir en équipe nationale. Leurs fortunes ont été diverses en sélection, mais l’adoption définitive est toujours soumise aux bonnes performances. Être international par opportunisme semble compliqué à comprendre, notamment après avoir déclaré publiquement son envie de jouer pour un pays au détriment de l’autre. Porter le maillot de la sélection nationale ne peut pas être seulement un choix sportif, c’est également un choix d’homme. À Bouna Sarr de jouer…pour mettre les Sénégalais dans sa poche ! 

Mbaye Sarr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.