fbpx

CHRONIQUE : Seule une voix compte, celle du PAPE

CHRONIQUE : Seule une voix compte, celle du PAPE

Un PAN du journalisme s’effondre. Le monde de la presse ne tourne plus. Le danger guette et se jette grandement dans cette mare de maux. Si ce n’est déjà fait. Pape Alé Niang est juste une résultante de toute cette injustice et de la justice qui porte préjudice aux soldats de l’information.

Incarcéré pour avoir publié des informations sur une affaire publique, le journaliste, dans l’exercice le plus basique de sa formation, se retrouve enquiquiné dans sa liberté.

Une liberté emprisonnée dans tous les sens du terme et qui est censée dépendre des envies d’une classe.

Qui pour nous défendre ?
Le journaliste n’a pas à payer des failles institutionnelles. Comment il fait pour être en mesure de détenir des documents dits confidentiels ?

Concurrentielles dans la bêtise, les différentes autorités sénégalaises ne tiennent plus les pieds et veulent liées des mains une entité toute entière.

Derrière cet acte privatif, se cache un désir de museler, de sceller un pacte de discorde entre les deux camps. Être classé 73e mondial sur 180 pays en qualité de liberté de la presse, en dit long sur la situation de la corporation journalistique dans ce pays.

Pourtant l’article 3 de la Charte des Journalistes du Sénégal dit clairement, « défendre l’indépendance et la liberté de la presse dans tous les aspects, notamment en ce qui concerne la liberté d’information, d’expression, de commentaire, de critique et d’enquête et l’interdiction de la censure ».

La réalité est tout autre depuis l’avènement de ce régime qui s’est transformé en régiment.

La critique n’est jamais la bienvenue. Ce qui est critique dans un pays qui se veut démocratique. Il faut toujours être aux louanges du « Macky ». Ce même « Macky » qui disait qu’aucun journaliste ne serait mis en prison pour les délits liés à l’exercice de sa profession.

Courage à ceux qui prennent le virage pour écrire, dire et montrer ce qui peut mettre en rage Buur (roi en français).

Tout un corps main dans la main doit se mettre à genoux, les yeux rivés vers le même objectif qui est la libération immédiate du confrère Pape Alé Niang.

FreePAN

LiberezPapeAléNiang

Mamadou Kane

Un commentaire sur “CHRONIQUE : Seule une voix compte, celle du PAPE

Laisser un commentaire