fbpx

Mali : tirs et explosions à Kati, l’armée évoque une «attaque terroriste»

Mali : tirs et explosions à Kati, l’armée évoque une «attaque terroriste»

Les Forces Armées Maliennes ont vigoureusement repoussé une attaque terroriste contre la caserne de Kati. C’était ce vendredi aux environs de 05h00 GMT avec 02 véhicules piégés bourrés d’explosifs.

Des tirs nourris et des explosions ont été entendus dans la ville garnison de Kati, près de Bamako. Au moins deux appareils ont été aperçus dans le ciel de la localité.

Le bilan provisoire est de 02 assaillants neutralisés selon les Forces armées maliennes. La situation est sous contrôle et le ratissage est en cours pour débusquer les auteurs et leurs complices.

Le Chef d’Etat-major Général des Armées rassure les populations de vaquer à leurs occupations habituelles.

Un hélicoptère survole la ville garnison de Kati, après des explosions et des tirs nourris, le 22 juillet 2022, au Mali. REUTERS – STRINGER

Tout a commencé par au moins deux explosions ce vendredi 22 juillet au matin, peu après 5h TU. C’est une partie du camp de Kati, fief de la junte militaire situé à 15 km de Bamako, qui a d’abord été visé. Selon deux témoins interrogés par RFI, une seconde explosion a été rapidement entendue. Et très vite, des tirs nourris ont suivi. « La première explosion a eu lieu à 5h17 et 10 minutes après il y a eu la deuxième explosion puis des coups de feu », raconte un habitant. « L’objectif est clair, c’est dirigé contre les responsables de la junte », a déclaré à RFI un autre habitant de Kati. Des témoins ont vu des hélicoptères dans le ciel de la ville.

Près de deux heures après les premiers coups de feu, un calme apparent est revenu, selon des témoins. « La zone est sous contrôle de l’armée malienne. Les secours sont venus pour contrôler la situation. Les Fama sont partout, ils descendent en ville pour patrouiller et l’entrée du camp est bloquée », selon l’un d’eux.

La principale base militaire du pays
Cette ville garnison est la principale base militaire du pays. C’est là qu’habitent le président de la transition, le colonel Assimi Goïta et son ministre de la Défense, le colonel Sadio Camara. C’est la première fois que cette base militaire est prise pour cible. L’explosion de véhicules suivi d’une attaque armée est bien connu, c’est un mode opératoire classique de la technique jihadiste. Une méthode qualifiée dans le jargon militaire d’ « attaque complexe ».

L’attaque intervient 24 heures après six autres attaques simultanées dans le centre du pays et dans la région de Koulikoro durant lesquelles des membres de la Katiba Macina, affilié à al-Qaïda, ont attaqué des postes de gendarmerie et camps militaires.

Ces événements interviennent aussi au moment où l’envoyé spécial de la Cédéao pour le Mali, Goodluck Jonathan, est à Bamako. Après avoir rencontré jeudi une partie de la classe politique et le ministre de l’Administration territoriale, une rencontre avec le président de la transition, le colonel Assimi Goïta, est prévue ce vendredi.

Khadim Diakhate

Laisser un commentaire